Mesureur d’angles 3 – Pourquoi mesurer les angles ?

Extrait d'une peinture numérique d'un oeil imaginaire, par Richard Martens, sur une tablette graphique.

La question se pose, & m’a été posée, de savoir pourquoi mesurer les angles ? En effet, dans mes précédents articles, je préconise la fabrication & l’usage d’un mesureur d’angle pour le dessin d’observation des parallélépipèdes & de ce qui s’en rapproche : architecture, etc.

L’une des réponses est : éduquer notre oeil & notre cerveau. Je m’explique…

 

Quels sont nos besoins visuels dans la vie de chaque jour ?

Peinture numérique d'un oeil imaginaire, par Richard Martens, sur une tablette graphique.
Peinture numérique d’un oeil imaginaire, par Richard Martens, sur une tablette graphique.

Depuis la préhistoire jusqu’à nos jours, nous n’avons besoin, pour survivre, que d’observer globalement les choses de la vie. Afin de ne pas heurter les obstacles. D’abord les humains que nous croisons ! Par respect. Même si ce n’est pas toujours le cas de certaines personnes… Et de ne pas se heurter aux murs, aux poteaux électriques, aux divers panneaux & poubelles disséminées dans les villes…

Dans un passé très lointain, nos ancêtres avaient surtout besoin d’observer le gibier, pour le chasser, pas pour le dessiner !

Et d’observer si l’ennemi arrivait à nos “frontières” (cf. Le Désert des Tartares, par exemple, ou Tsun Su, auteur de L’art de la guerre)…

Bref, nous n’avons besoin que de voir l’essentiel pour notre “survie”. Donc notre oeil ne saisit que ce qui est utile à notre “survie”, que ce qui est essentiel pour notre inconscient, dans le but de survivre… Donc pour apprendre à dessiner réaliste, il faut – c’est une nécessité – apprendre VRAIMENT & FINEMENT À VOIR, comme Léonard DE VINCI, Sherlock HOLMES, le Dr BELL, etc.

 

Pourquoi du dessin & de la peinture… réaliste ?

Nous sommes, en Occident, & en France en particulier, dans une culture judéo-chrétienne. Qu’on en soit conscient ou pas ! Qu’on le veuille ou pas ! Les proverbes, les expressions, les mots, les symboles, les images… Tout nous le rappelle… Même de façon inconsciente.

Consciemment & inconsciemment, nous sommes formés, par notre culture, à l’image réaliste depuis plusieurs siècles. D’abord grâce au dessin & à la peinture, via une minorité. Puis les musées se sont démocratisés… Il suffit de voir les files d’attentes (parfois deux heures) des grandes expositions…

L’histoire de l’art regorge d’exemples réalistes. Les musées en sont remplis. Excepté Picasso, quand on observe les ventes aux enchères, les côtes des ventes qui s’envolent sont celles des artistes réalistes. Même contemporains. Beaucoup d’oeuvres réalistes sont achetées par les USA & le Japon… Citons (presque au hasard & de mémoire) : Andrew WIETH, Lucian FREUD, Vincent VAN GOGH, Jacques POIRIER… Et l’Amérique, ainsi que le Japon sont de grands consommateurs de dessins & de peintures réalistes…

Puis l’image s’est propagée, par le biais du livre et de la gravure, puis de la presse, grâce aux technologies : apparition du papier, puis des moyens de reproductions : typographie, lithographie, offset…

Ensuite, est apparue la photographie, vers le milieu du XIXe siècle. Avec des appareils de plus en plus faciles à transporter & à utiliser. Avec l’argentique, puis le numérique… Il suffit de voir les nombreux livres, revues, sites de photographies, forums, blogs… Celui de Laurent Breillat pour en citer un excellent : « Apprendre la photo – Ensemble et pas à pas ».

Et avec les derniers médias : le cinématographe, la télévision, les jeux vidéos, & enfin internet, l’image est Reine ! Ce slogan – “Le poids des mots, le choc des photos” – résume bien le XXe & le XXIe siècle !

En conclusion, nous sommes dans un monde d’images ! Avec des besoins d’images… Réalistes.

 

Quels sont les besoins visuels du dessinateur réaliste ?

La dessinatrice, le dessinateur… réaliste, a un gros besoin d’observation tout à la fois “globale” (comme pour la survie), ET “détails”. ET aussi de faire le lien en permanence – la synthèse – entre les détails et le global, afin qu’il n’y ait pas des parties trop grosses ou trop larges, par rapport à d’autres parties plus étroites ou trop petites ! Sinon cela donne un résultat que beaucoup de débutants connaissent : des disproportions…

 

Pourquoi D’ABORD mesurer les angles extérieurs à un objet ?

Napoléon a dit : – “Un bon croquis vaut mieux qu’un long discours.” Voyons donc ci-dessous…

Figure 1 : création des angles extérieurs par l'ajout d'une ligne horizontale imaginaire : un "Angle 1". Schéma par Richard Martens.
Figure 1 : création des angles extérieurs par l’ajout d’une ligne horizontale imaginaire : un « Angle 1 ». Schéma par Richard Martens.

Figure 1 : dans la proposition de départ, je vous invite à tracer une ligne horizontale imaginaire… Ce qui permet d’obtenir un premier “Angle 1”.

 

D’abord une ligne horizontale, imaginaire, jouxtant le coin bas de l’objet le plus proche de notre oeil

Figure 2 : création des angles extérieurs par l'ajout d'une ligne horizontale imaginaire : un "Angle 2". Schéma par Richard Martens.
Figure 2 : création des angles extérieurs par l’ajout d’une ligne horizontale imaginaire : un « Angle 2 ». Schéma par Richard Martens.

Figure 2 : Par la même occasion, nous obtenons un deuxième angle : “Angle 2”.

 

Figure 3 : création des angles extérieurs par l'ajout d'une ligne horizontale imaginaire ET "l'Angle 3", intérieur. Schéma par Richard Martens.
Figure 3 : création des angles extérieurs par l’ajout d’une ligne horizontale imaginaire ET « l’Angle 3 », intérieur. Schéma par Richard Martens.

Figure 3 : …Et forcément un “Angle 3”.

 

S’il n’y a pas de ligne horizontale ?

Figure 4 : s’il n'y a pas de ligne horizontale, il y a seulement un angle : "Angle 3". Schéma par Richard Martens.
Figure 4 : s’il n’y a pas de ligne horizontale, il y a seulement un angle : « Angle 3 ». Schéma par Richard Martens.

Figure 4 : maintenant, SUPPOSONS qu’il n’y ait pas de ligne horizontale (pratique classique du dessinateur débutant, qui n’a pas développé cette méthode, ou ne la connaît pas… Près de notre oeil, IL Y A DONC UN SEUL ANGLE  à mesurer : “Angle 3” !

 

S’il n’y a pas d’horizontale… Comment placer l’Angle 3 ?

Figure 5 : s’il n'y a pas de ligne horizontale, il y a seulement un angle : "Angle 3". Où doit-on le placer ? Ici ou là ?. Schéma par Richard Martens.
Figure 5 : s’il n’y a pas de ligne horizontale, il y a seulement un angle : « Angle 3 ». Où doit-on le placer ? Ici ou là ?. Schéma par Richard Martens.

Figure 5 : SUPPOSONS QUE NOTRE APPRENTI-DESSINATEUR AIT LE “SENS” DE L’ANGLE 3. Donc qu’il l’ait bien estimé. Ou qu’il ait utilisé un mesureur d’angle pour en avoir entendu parlé… Supposons donc que notre apprenti-dessinateur ait une excellente connaissance de l’angle 3. Il peut très bien le placer trop penché vers la gauche, trop proche de l’horizontale, comme sur la figure… Voyez la différence avec le placement juste. Pour la clarté, j’ai gardé le nom “Angle 3” sur chaque figure. Ainsi, nous pouvons voir, quand l’objet est trop penché, que le texte “Angle 3” l’est aussi (trop penché d’environ 15°).

 

Figure 6 : s’il n'y a pas de ligne horizontale, il y a seulement un angle : "Angle 3". Où doit-on le placer ? Ailleurs ? Schéma par Richard Martens.
Figure 6 : s’il n’y a pas de ligne horizontale, il y a seulement un angle : « Angle 3 ». Où doit-on le placer ? Ailleurs ? Schéma par Richard Martens.

Figure 6 : …Ou bien il va peut-être placer cet angle  un peu trop relevé, vers 45°, entre une horizontale & une verticale ? Là encore, voyez la différence avec le placement juste. trop penché d’environ 15°…

 

Figure 7 : s’il n'y a pas de ligne horizontale, placer cet "Angle 3" semble hasardeux ? schéma par Richard Martens.
Figure 7 : s’il n’y a pas de ligne horizontale, placer cet « Angle 3 » semble hasardeux ? schéma par Richard Martens.

Figure 7 : revoyons deux placements – FAUX – de l’angle 3 – parmi des dizaines possibles – avec la SEULE qui soit juste

 

Figure 8 : s’il y a une ligne horizontale imaginaire (ou réelle), il suffit de mesurer d'abord "Angle 1" ou "Angle 2". Puis placer "l'Angle 3 ! Schéma par Richard Martens.
Figure 8 : s’il y a une ligne horizontale imaginaire (ou réelle), il suffit de mesurer d’abord « Angle 1 » ou « Angle 2 ». Puis placer « l’Angle 3 ! Schéma par Richard Martens.

Figure 8 : ici l’objet est dessiné sous le bon angle, si je peux me permet cette expression !

Voyez-vous maintenant l’intérêt de mesurer l’un des deux angles extérieurs (“Angle 1” ou “Angle 2”, peut importe), avant de tracer un premier côté bas de l’objet ? Puis de mesurer, & de dessiner “Angle 3” ? Voyez-vous l’intérêt de cette ligne horizontale imaginaire ?

 

Entrainement proposé

Boite d'allumettes. Photo : Richard Martens
Boite d’allumettes. Photo : Richard Martens

Je vous propose, d’abord de fabriquer ce mesureur d’angle, si ce n’est déjà fait, puis de “construire”, de dessiner, des objets en forme de parallélépipèdes rectangles. Nous en sommes entourés dans la maison, surtout dans la cuisine : boite de céréales, boite d’allumettes, paquets de gâteaux, de riz, de pâtes, boite de mouchoirs, de tisanes, de thé, paquet de sucre en poudre & en morceaux, etc. Ailleurs, pensez aussi aux dés à jouer à six faces (des cubes), des boites de jeux, des livres, des boites de chaussures… Ils sont, tous, simples de structure. À vous de jouer ! Ou plutôt de dessiner.

 

Pour le prochain article, je continue les explications… Avec photos & dessins à l’appui…

 

Ai-je été assez clair & assez convainquant ? Je l’espère…

Merci pour vos commentaires & vos questions…

(:-{D} Richard Martens

Texte version 2.0, restauration pour cause de piratage…

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Auteur : Richard Martens

Diplômé des Arts-Déco (Ensad) de Paris. Ancien étudiant des Beaux-Arts (Ensba) de Paris. Illustrateur & graphiste de formation. A exercé pour la presse, l'édition, le jeu video pendant environ 20 ans. Professeur de dessin, de peinture & de graphisme depuis 1984… Enseigne le dessin réaliste en cerveau droit depuis 1986…

Laisser un commentaire