3 genres en dessin et peinture

Trois genres pratiqués en dessin et en peinture, par Richard Martens.

Après une longue pause¹, je reprends la rédaction d’articles sur mes blogs… Et pendant longtemps, il m’a été impossible de publier ! À force de « bidouilles, je viens de réussir… Y compris a avoir un article avec ses lettres accentuées… Ne me demandez pas pourquoi ou comment… (;-{D}

Ayant vécu certaines expériences, dans ma vie personnelle et professionnelle, quelquefois amères, voire douloureuses, et parfois inattendues, je reprends le clavier² pour exprimer quelques réflexions théoriques, avant de revenir aux bases du dessin et de la couleur…

Quand on aborde le dessin — et la peinture — il est possible de voir qu’il existe des genres… Des catégories, des tendances ? Difficile de trouver le mot juste… Je m’explique :

  • Le dessin, la peinture, la sculpture peuvent être le fruit de l’observation ou de l’imagination. Et parfois un mélange des deux…
  • Le dessin, la peinture, la sculpture peuvent être figuratif ou abstrait…
  • Le dessin, la peinture, la sculpture peuvent exprimer un ressenti ou un concept…

Enfin chacune de ces catégories peut se « mêler » à une autre, car c’est le choix de l’artiste ! Et les principes que j’expose ne sont que des concepts pour clarifier la pensée, et peut-être pour décider chacun(e) à faire ses choix… Ou pas ! 

Trois genres pratiqués en dessin et en peinture, par Richard Martens.

Trois genres pratiqués en dessin et en peinture, par Richard Martens.

 

Dessin d’observation ou d’imagination ?

Dessin d'observation ou dessin d'imagination ? Par Richard Martens.

Dessin d’observation ou dessin d’imagination ? Schéma de Richard Martens.

Le dessin, la peinture, la sculpture peuvent s’appuyer sur l’observation de la réalité. Cela s’est pratiqué pendant des siècles…

L’histoire de l’art regorge d’exemples… Avec des portraits, des scènes de genres, des natures mortes…

Et pourtant, une partie des oeuvres d’art relèvent de l’imagination de l’artiste. Tout en se référant à la réalité. Car parfois l’artiste prend des libertés avec la réalité observée. Les Égyptiens, par exemple, en peinture murale, veillaient a maintenir le « plat » du mur en « écrasant », en « aplatissant » le sujet représenté, probablement afin de maintenir le sentiment d’un mur. Qu’est ce qui me fait écrire cela ? Tout simplement parce que les statues Égyptiennes sont très réalistes. Pourquoi les artistes arriveraient à rendre le réalisme en volume, en trois dimensions, en « 3D », comme on dit maintenant, et en seraient incapable en peinture, en « 2D » ? Probablement parce qu’il s’agit d’une volonté des artistes. En effet, cela me semble prouver une volonté de peintre « plat », avec les pieds, et les têtes de profils, par exemples, et les épaules et les yeux de face, etc.

 

Dessin figuratif ou abstrait ?

Dessin figuratif ou dessin abstrait ? Par Richard Martens.

Dessin figuratif ou abstrait ? Schéma par Richard Martens.

Pendant des siècles, la représentation occidentale, africaine, orientale a — souvent — été figurative.

A partir du début du XXe siècle, en occident, la peinture, et le dessin, ont commencé de cesser de représenter une réalité observable. Soit il s’agissait d’une interprétation abstrait de la réalité, soit il s’agissait d’une création purement et simplement. Qu’elle soit gestuelle, ou qu’elle veuille exprimer une émotion…

Cependant l’expression artistique abstraite n’est pas nouvelle. J’ai bien précisé, ci-dessus : « souvent », et « en occident ». Car, parfois par choix artistique — et souvent décoratif —, soit par choix religieux, le dessin ou la peinture abstraite étaient rois… Il nous suffit de voir les frises grecques, et les magnifiques mosaïques, et autres peintures de l’art musulman…

Là encore, il s’agit d’un choix, qu’il soit religieux ou pas… Et ce choix est respectable ! Pour le reste, tout n’est qu’affaire de goût…

 

Dessin expressif ou conceptuel ?

Art expressif ou art conceptuel ? Par Richard Martens.

Art expressif ou art conceptuel ? Par Richard Martens.

J’ai placé, pour cette troisième catégorie, les notions de ressenti et de conceptuel.

Par ressenti, j’entends les émotions — joie, peur, colère, tristesse par exemple —, et aussi les ressentis…

Et là encore, l’histoire de l’art occidental montre très souvent les émotions de l’artiste. Que ce soit à travers le « Grand genre » en peinture — portrait, scène historique, scène religieuse, scène mythologique — aussi bien que dans le « Petit genre » — nature morte, scènes anecdotiques, paysage…

Car il me semble difficile de rester insensible face à une personne, un paysage, une nature morte… Et le propre de l’artiste consiste à exprimer ce qu’il ressent. Les mots « exprimer », « expression » sont, étymologiquement parlant très clairs, car la racine des mots — ici « primer » et « pression » est claire. Et le préfixe « ex », signifie « sortir », « mettre au dehors »… Une émotion est un stress, positif ou négatif, agréable ou désagréable, qui ne demande qu’à sortir ! sous la forme d’un croquis, d’un dessin, d’une peinture. Et aussi d’une musique, d’un écrit… Et également d’une interprétation théâtrale, musicale !

Quand au dessin (ou à la peinture) conceptuel, il s’agit bien d’une pensée, d’une démarche intellectuelle. Essentiellement développée à partir du XXe siècle…

 

Qu’est-ce que l’art ? Un partage d’émotion ?

Ce qui suit n’implique que moi… Au XXe siècle et maintenant, beaucoup de personnes s’expriment via ce qu’on nomme « art moderne ». Et que je nomme « expression plastique contemporaine », car il peut y avoir une certaine beauté, voire une beauté certaine dans certaines oeuvres.

Cependant — parfois — est-ce encore de l’art ? Car depuis la nuit des temps, dans tous les pays, à ma connaissance (et cela n’engage que moi), ce que véhicule l’art, pour moi… C’est l’émotion !

L’émotion transmise à travers l’art du conte, par le conteur, et de nos jours l’art du spectacle — théâtre, chanson, musique, cinéma… —, et aussi la littérature, la musique, la peinture…

D’où ma question : si l’expression est conceptuelle, et n’éveille — chez moi — aucun ressenti, plutôt que de dire « c’est moche », je préfère dire « je n’aime pas », ou mieux : « cela n’éveille rien chez moi ». Donc — pour moi — cela relève d’une expression conceptuelle.

Cependant, je reste lucide qu’il est possible que cela éveille une émotion chez quelqu’un d’autre… Que cela fasse écho chez un(e) spectateur/trice…

Les goûts et les couleurs…

(;-{D} Richard Martens

Texte version 1.1

  • Pour m’écrire en privé : menu ci-dessus « Informations », puis > « Me contacter ? »
  • Pour un commentaire : tout en bas de chaque article.

 

Et vous, qu’en pensez-vous ? Quel est votre point de vue ? Merci de prendre, maintenant, le temps de me l’écrire ci-dessous… 


Notes

  1. Ce blog a subi un piratage que je digère à peine… Comme je l’ai écris ailleurs, des « hackeurs/hackeuses » agissent de façon irrespectueuses en venant saboter, voire détruire le travail d’autrui. En s’introduisant comme des voleurs. Et en abimant, comme des vandales… A cela s’ajoute, pour le moment, une impossibilité à voir un article avec des accents… Il me reste à contacter un programmeur pour finir de nettoyer les dégâts occasionnés…
  2. J’ai failli écrire « …prendre la plume », selon l’expression consacrée. Aussi ai-je renoncé à ce cliché… Faux, à notre époque, pour moi ! (;-{D}

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Illustrer une couverture en 4 etapes : Folies de Flic 2

Peinture originale de Richard Martens pour la couverture du livre "Folies de Flic", sur l'idée d'une balle en pleine tête d'une série de cible, silhouette humaine qui chute.

Voici enfin1 la suite et la fin de cet article en deux parties et 4 tapes.

Je viens de retrouver et de scanner les calques et le masque destin l’arographe ! Ensemble que j’esprais bien retrouver. C’est fait !

Aprs cette premire partie, l’tape 1, les recherches d’ides, avec un certain nombre de roughs, d’esquisses au feutre, nous allons passer la deuxime partie, soit les tapes 2, 3 et 4.

Pour l’tape 2, nous allons voir le dessin final, avec les calques dfinitifs, pour le report.

L’tape 3 concerne la peinture l’arographe (sorte de peinture au pistolet miniature) et au pinceau, l’acrylique : peinture et encre. Avec la peinture finale

Et l’tape 4, le tirage C’est--dire l’impression de la couverture par l’diteur, les ditions Gallimard.

Read the rest of this page »

Illustrer une couverture en 4 etapes : Folies de Flic 1

Dans cet article en deux parties et 4 tapes, je vous propose de voir les 4 tapes d’une illustration que j’ai ralise en 1986. Il s’agit de la couverture du roman policier Folies de flic, de Georges Patrick, n 2053, paru dans la collection Srie noire1, chez Gallimard. En passant, mes brves recherches m’ont permis d’apprendre que Georges Patrick est le pseudonyme de Patrick Pesnot2

De mmoire, ce livre aurait fait l’objet, de deux adaptations tlvisuelles. L’une est bien rfrence, pour un tlfilm de la srie Navarro, l’pisode 1 de la premire saison3, en 1989, et titr simplement Folies de flics ! Quant l’autre, soit j’ai rv, soit je n’ai pas russi retrouver la rfrence Peu importe

Dans la premire partie, tape 1, les recherches d’ides ! Je vous montre une faon de concevoir une couverture, avec un remue-mninges pralable et des recherches, sous forme de croquis aux feutres

Dans la deuxime partie, tape 2, je vous montrerai le dessin final, avec le report au calque.

Suivi de l’tape 3, la peinture, au pinceau et l’arographe (sorte de peinture au pistolet miniature), l’acrylique. Donc une reproduction de l’original.

Et l’tape 4, qui ne dpend plus de moi, c’est le tirage C’est--dire la reproduction de la couverture imprime

Read the rest of this page »

Comment illustrer un roman policier ? – 2

Voici donc la suite de l’article sur une utilisation de photos Polaroid1, en manire de documentation, pour raliser la couverture d’un roman policier de Frank Parrish, La mouche et l’araigne. Je rappelle que ce roman est paru chez Gallimard, dans la mythique collection Srie noire1, en 1987.

Et tout d’abord, pourquoi utiliser une ou des photos pour peindre une illustration ?

 

Pourquoi des photos ?

De ce fait, comme je l’ai crit dans l’article prcdent, l’auteur peut prendre une pose prcise (ou la chercher), qui lui semble correspondre ce qu’il veut.

Read the rest of this page »

Comment illustrer un roman policier ? – 1

Extrait d'une photo Polaroid de et par Richard Martens.

Dans les annes 80, j’ai beaucoup illustr des couvertures de romans policiers. Vous pouvez d’ailleurs en voir quelques-unes sur mon site1, consacr essentiellement cette activit professionnelle : l’illustration. Que j’ai exerc pendant presque vingt annes Sur ce site, ces illustrations sont plutt en petit format. Et j’en est retir tout ce qui concernait les tapes de prparation, recherches, esquisses, etc. Puisque j’ai dcid de les placer sur mon blogue afin de pouvoir expliciter les tapes, voire les images

Dans cet article, j’explique, et je montre, une faon de prparer une peinture, grce la photographie

 

La couverture de La Mouche et l’araigne en 1987

Read the rest of this page »

Decalquer un dessin – 3

Les tapes pour dcalquer un dessin sont les mmes que la faon traditionnelle de dcalquer.

Avec l’utilisation du calque-carbone, il n’y a pas avoir noircir le dos du calque. Ce qui fait gagner une tape ennuyeuse.

De plus, dans cet article, je vous donne aussi quelques astuces au sujet des crayons utiliss pour dcalquer

 

Quatre « objets » pour dcalquer !

Read the rest of this page »

Decalquer un dessin – 2

Comme je l’ai annonc, il y aura trois parties consacres ce sujet :

  • Une 1re partie : Pourquoi et comment dcalquer ? Mthode ancienne, simple et classique, que j’ai dj rdig, et qui reste d’actualit.
  • Une 2e partie : ma mthode favorite pour dcalquer, en fabriquant un calque-carbone. Mthode que je dveloppe ci-aprs
  • Et enfin une 3e partie qui montrera l’utilisation de mon calque-carbone, en manire de dmonstration.

On peux se poser la question de savoir si ce calque-carbone est pratique ? Et prsente t-il un avantage par rapport la mthode traditionnelle ? Pour rpondre cela, voyons d’abord en quoi cela consiste

Read the rest of this page »

Ou dessiner des animaux ?

Pour celle ou celui qui souhaite dessiner des animaux en vrai, la question se pose de savoir : o est-il possible de voir et de pouvoir dessiner des animaux vivants ? J’indiquerai quand j’ai utilis des photographies. Quant en voir en vrai, commenons par distinguer :

  • les animaux sauvages (loup, tigre, cerf, etc.) ;
  • les animaux domestiques.

Pour ces derniers, il est utile de distinguer :

  • les animaux d’appartement (chiens, chats, etc.) ;
  • les animaux de la ferme (veaux, vaches, cochons, chevaux, etc.)

Pour les animaux sauvages, il y a, selon moi, les possibilits fixes, c’est--dire toute l’anne ou presque : zoos, mnageries, parcs d’attractions, rserves et parcs naturels rgionaux, etc.

Pour les animaux domestiques, il y a plutt les possibilits temporaires, c’est--dire dure limite : salons, expositions, etc.

Voyons cela un peu plus en dtails

Read the rest of this page »

Dessin realiste en cerveau droit par Emeline – Partie 3

Comme chaque anne, j’anime un Stage de dessin raliste en cerveau droit, du 16 au 20 fvrier 2015.

En 2014, Emeline participait, pour la seconde fois, mon Stage de Dessin en cerveau droit Voici donc le troisime article que je consacre au portrait et l’autoportrait par Emeline

Pour mmoire, les tudiants dessinent quatre sujets, le premier jour :
un sige (tabouret, fauteuil) ;
une de leur main ;
le portrait d’un participant au stage ;
un personnage d’imagination.
Le but est de pouvoir observer les progrs de chacun(e) durant les cinq jours du stage !

Read the rest of this page »

Dessin realiste en cerveau droit par Emeline – Partie 2

Rappelons qu’Emeline participait, en fvrier 2014, pour la seconde fois, mon Stage de Dessin en cerveau droit Voici donc la suite de quelques ralisations d’Emeline, celles concernant le dessin de ses mains

Rappel : les stagiaires dessinent quatre dessins, le premier matin :
un sige (tabouret, fauteuil) ;
une de leur main ;
le portrait d’un participant au stage ;
un personnage d’imagination.
Tout ceci afin de garder une trace des capacits de chacun(e) au premier matin du stage, afin de voir les progrs la fin du stage ! Aprs la ralisation de ces quatre dessins, je les ramasse, Et je les rends le dernier jour du stage. Car la fin du stage, quand je rends ces dessins, je rends aussi ceux qui correspondent ces quatre dessins, afin de faire ressortir les progrs accomplis !

Voyons donc les progrs d’Emeline, propos du dessin des mains

Read the rest of this page »