Calligraphie – Materiel d’initiation

Pour « découvrir » la calligraphie, la première chose à faire est, comme pour beaucoup de disciplines – artistiques ou pas –, de se procurer des outils. Pour cette découverte, cette initiation, je vous propose des outils simples, que beaucoup d’entre-vous avez peut-être chez vous. Du moins, je le suppose… À savoir deux crayons de la même dureté (« HB », par exemple), quelques élastiques, ou du ruban adhésif… Et bien sûr du papier. Voyons cela de plus près…

 

Deux crayons & quelques élastiques, ou du ruban adhésif

Deux crayons "attachés" ensemble, de deux manières différentes. Photo : Richard Martens
Deux crayons « attachés » ensemble, de deux manières différentes. Photo : ©Richard Martens.

Pour débuter, le matériel le plus simple, et le plus économique, consiste donc à utiliser deux crayons de la même dureté. Par exemple deux crayons « HB » ou « B ». Et comme je viens de l’écrire :

  • deux élastiques ou… ;
  • du ruban adhésif.

Pour faire la photo, afin de bien faire ressortir les « attaches », j’ai choisi un ruban adhésif de couleur jaune vif. Quant aux élastiques, toujours pour que cela soit visible, j’ai opté pour des chouchous très colorés. Il va de soi que de simples élastiques suffisent. Et c’est mieux en en mettant deux à chaque fois, en cas de rupture…

Pourquoi deux « liens » plutôt qu’un ?

Pictogramme "Information" par Richard Martens.Important : il suffit de mettre un ou deux élastiques (ou du ruban adhésif) aux deux « bouts » des deux crayons, afin de les rendre solidaires. S’il n’y a pas de lien aux deux extrémités, les crayons vont probablement pivoter à un moment ou à un autre…

Si les deux crayons n’ont pas la même longueur ?

Pictogramme "Eclair" par Richard Martens.ATTENTION ! Si vos crayons n’ont pas la même longueur, cela n’a pas d’importance. Ce qui a de l’importance, c’est de veiller à ce que les deux pointes soit alignées. C’est pour cette raison que j’ai mis, sur la photo, ces deux gros traits rouges. C’est tout !

 

Un support pour tracer : le papier a petits carreaux

Papier blanc à petits carreaux, ou carrés de 5 mm.
Papier blanc à petits carreaux, ou carrés de 5 mm.

Comme papier pour s’entraîner à la calligraphie, je conseille vivement le papier dit « à petits carreaux », ou, à la rigueur, du papier « ligné ».

Ce papier quadrillé, ou papier à petits carreaux, très répandu, est ordinaire. Et sur ce papier, des petits carreaux, ou plutôt des carrés de 5 mm pour être plus précis, y sont imprimés.

Quel est l’intérêt d’utiliser du papier à petits carreaux ?

L’intérêt est que ce papier présente des lignes qu’on va « improprement » qualifier de lignes « horizontales » et de lignes « verticales », et à égale distance : 5 mm. Ce qui fait que nous n’auront pas besoin de tracer des lignes, et de mesurer systématiquement !

 

Le papier « ligné »

Papier blanc à petits carreaux, et à fines lignes régulièrement espacées, pour l'écriture.
Papier blanc à petits carreaux, et à fines lignes régulièrement espacées, pour l’écriture.

J’ignore si le nom de « papier ligné » est le terme officiel.

Je sais simplement que ce papier est destiné à l’apprentissage de l’écriture. De la petite écriture, qu’on peut qualifier de « normale »…

Ce type de papier, est, lui aussi, très répandu. On peut voir, sur la photo, que les « carreaux » comportent des lignes plus fines, également espacées, en plus du carroyage imprimé en lignes plus épaisses.

Pour les personnes qui l’ignoreraient, le ligne « verticale » rouge sépare la marge étroite, à gauche de chaque page, du reste, carroyé, de la page.

 

Le papier « ligné » a interlignes

Papier blanc pour écriture à lignes et interlignes bleues.
Papier blanc pour écriture à lignes et interlignes bleues.

Ce type de papier est plus rare. J’ignore, là aussi, si c’est son nom. La photo nous montre qu’il y a comme une petite portée, et de l’interlignages, c’est-à-dire une espace1 entre les lignes.

NOTE 1. – Oui, vous avez bien lu… Le mot « espace » en calligraphie & en typographie est un mot… du genre féminin ! Donc on dit et on écrit :

  • Un espace aérien. Mais…
  • Une espace typographique !

Comme l’a écrit Molière :

– « Ah ! la belle chose que de savoir quelque chose ! »

Molière, « Le Bourgeois gentilhomme », Acte II, scène 5

 

Un sous-main

Pictogramme "coeur" par Richard Martens.Un sous-main peut être une simple feuille en format A4 (21 x 29,7 cm), pliée en deux. Voir deux ou trois feuilles A4, toujours pliées en deux…

Personnellement, quand on utilise de l’encre, je conseille vivement d’utiliser un ou plusieurs buvards. Afin, grâce au buvard, d’absorber l’excès d’encre, s’il y en a… Ou à accélérer le temps de séchage, quand on doit superposer les feuilles, ou calligraphier au verso d’une page.

Quel est l’intérêt d’utiliser un sous-main ?

L’intérêt est de protéger le papier. En effet, nos mains produisent des acides gras. Ce qui peut abîmer le papier. Ou étaler le tracé au crayon ou pire, à l’encre.

 

Le crayon de menuisier : une autre option pour tracer !

Quatre crayons plats de menuisiers, dont un ancien, sans marque. Photo : ©Richard Martens.
Quatre crayons plats de menuisiers, dont un ancien, sans marque. Photo : ©Richard Martens.

Il s’agit d’une autre option que les deux crayons. Plus rare, et cependant peu coûteuse.
Il existe, dans le commerce, des crayons un peu particuliers, nommés « crayon de menuisier ». Car les menuisiers l’utilise, tout simplement ! Ce qui caractérise ce crayon, c’est que sa mine soit plate et large !

 

La mine plate du crayon de menuisier

Gros plan des mines plates des crayons de menuisier. Photo : ©Richard Martens.
Gros plan des mines plates des crayons de menuisier. Photo : ©Richard Martens.

Pourquoi une photo des mines ? Pour bien montrer que les mines sont larges. Ce que certaines personnes peuvent ignorer. Car nous ne pouvons pas tout savoir…

À NOTER ! La largeur des mines est d’environ 6 ou 7 mm, selon les marques. Alors que la « largeur » de deux crayons est d’environ 8 mm.

 

Quelques marques de crayons de menuisier

Gros plan de trois marques de crayons de menuisier. Photo : ©Richard Martens.
Gros plan de trois marques de crayons de menuisier. Photo : ©Richard Martens.

Je mets, ici la photo de trois marques :

  • Koh-I-Noor Hardmuth ;
  • Pit (de chez Faber castell) ;
  • Caran d’Ache (qui, outre cette marque, est le mot Russe pour dire « crayon ». Et c’est pour cette raison que ce fut le pseudonyme d’un illustre… illustrateur humoristique et caricaturiste du XIXe siècle : https://fr.wikipedia.org/wiki/Caran_d%27Ache)

Quant aux marques, il en existe probablement d’autres… Peut-être la marque Conté ?

 

En conclusion : mes conseils…

Pictogramme "Livre2" par Richard Martens.Personnellement, je conseille le premier type de papier, celui à petits carreaux de 5 mm

Pictogramme "crayon" par Richard Martens.Et je conseille, au début les deux crayons attachés, plutôt qu’un crayon de menuisier, plus étroit que les deux crayons « liés ». Du moins, je conseille les deux crayons au début… Car cela permet de mieux développer l’auto-critique constructive, c’est-à-dire de mieux voir quand la « plume-deux-crayons » a la bonne pente… J’y reviens dans un prochain article !

 

Ce texte vous a t-il été utile et compréhensible ? Merci d’oser répondre, écrire, questionner, commenter, ci-dessous…

Richard Martens (:-{D}

Texte version 1.0

3 genres en dessin et peinture

Lors de la première publication de cet article, l’an passé, en 2016, après un « sévère piratage », j’écrivais :
Après une longue pause¹, je reprends la rédaction d’articles sur mes blogs…
Ayant vécu certaines expériences, dans ma vie personnelle et professionnelle, quelquefois amères, voire douloureuses, et parfois inattendues, je reprends le clavier² pour exprimer quelques réflexions théoriques, avant de revenir aux bases du dessin et de la couleur…
Quand on aborde le dessin — et la peinture — il est possible de voir qu’il existe des genres… Des catégories, des tendances ? Difficile de trouver le mot juste… Je m’explique :

    •    Le dessin, la peinture, la sculpture peuvent être le fruit de l’observation ou de l’imagination. Et parfois un mélange des deux…
    •    Le dessin, la peinture, la sculpture peuvent être figuratif ou abstrait…
    •    Le dessin, la peinture, la sculpture peuvent exprimer un ressenti ou un concept…
Enfin chacune de ces catégories peut se “mêler” à une autre, car c’est le choix de l’artiste ! Et les principes que j’expose ne sont que des concepts pour clarifier la pensée, et peut-être pour décider chacun(e) à faire ses choix… Ou pas !

Trois genres pratiqués en dessin et en peinture : conception et réalisation de ce schéma par Richard Martens.
Trois genres pratiqués en dessin et en peinture : conception et réalisation de ce schéma par Richard Martens.

 

Dessin d’observation ou dessin d’imagination ?

Un des genres pratiqués en dessin et en peinture : dessin d'observation ou dessin d'imagination. Conception et réalisation de ce schéma par Richard Martens.
Un des genres pratiqués en dessin et en peinture : dessin d’observation ou dessin d’imagination. Conception et réalisation de ce schéma par Richard Martens.

Le dessin, la peinture, la sculpture peuvent s’appuyer sur l’observation de la réalité. Cela s’est pratiqué pendant des siècles…
L’histoire de l’art regorge d’exemples… Avec des portraits, des scènes de genres, des natures mortes…
Et pourtant, une partie des oeuvres d’art relèvent de l’imagination de l’artiste. Tout en se référant à la réalité. Car parfois l’artiste prend des libertés avec la réalité observée. Les Égyptiens, par exemple, en peinture murale, veillaient a maintenir le “plat” du mur en “écrasant”, en “aplatissant” le sujet représenté, probablement afin de maintenir le sentiment d’un mur. Qu’est ce qui me fait écrire cela ? Tout simplement parce que les statues Égyptiennes sont très réalistes. Pourquoi les artistes arriveraient à rendre le réalisme en volume, en trois dimensions, en “3D”, comme on dit maintenant, et en seraient incapable en peinture, en “2D” ? Probablement parce qu’il s’agit d’une volonté des artistes. En effet, cela me semble prouver une volonté de peintre “plat”, avec les pieds, et les têtes de profils, par exemples, et les épaules et les yeux de face, etc.

 

Dessin figuratif ou dessin abstrait ?

Un des genres pratiqués en dessin et en peinture : dessin figuratif ou dessin abstrait. Conception et réalisation de ce schéma par Richard Martens.
Un des genres pratiqués en dessin et en peinture : dessin figuratif ou dessin abstrait. Conception et réalisation de ce schéma par Richard Martens.

Pendant des siècles, la représentation occidentale, africaine, orientale a — souvent — été figurative.
A partir du début du XXe siècle, en occident, la peinture, et le dessin, ont commencé de cesser de représenter une réalité observable. Soit il s’agissait d’une interprétation abstrait de la réalité, soit il s’agissait d’une création purement et simplement. Qu’elle soit gestuelle, ou qu’elle veuille exprimer une émotion…
Cependant l’expression artistique abstraite n’est pas nouvelle. J’ai bien précisé, ci-dessus : “souvent”, et “en occident”. Car, parfois par choix artistique — et souvent décoratif —, soit par choix religieux, le dessin ou la peinture abstraite étaient rois… Il nous suffit de voir les frises grecques, et les magnifiques mosaïques, et autres peintures de l’art musulman…
Là encore, il s’agit d’un choix, qu’il soit religieux ou pas… Et ce choix est respectable ! Pour le reste, tout n’est qu’affaire de goût…

 

Dessin ressenti ou dessin conceptuel ?

Un des genres pratiqués en dessin et en peinture : dessin ressenti ou dessin conceptuel. Conception et réalisation de ce schéma par Richard Martens.
Un des genres pratiqués en dessin et en peinture : dessin ressenti ou dessin conceptuel. Conception et réalisation de ce schéma par Richard Martens.

J’ai placé, pour cette troisième catégorie, les notions de ressenti et de conceptuel.
Par ressenti, j’entends les émotions — joie, peur, colère, tristesse par exemple —, et aussi les ressentis…
Et là encore, l’histoire de l’art occidental montre très souvent les émotions de l’artiste. Que ce soit à travers le “Grand genre” en peinture — portrait, scène historique, scène religieuse, scène mythologique — aussi bien que dans le “Petit genre” — nature morte, scènes anecdotiques, paysage…
Car il me semble difficile de rester insensible face à une personne, un paysage, une nature morte… Et le propre de l’artiste consiste à exprimer ce qu’il ressent. Les mots “exprimer”, “expression” sont, étymologiquement parlant, très clairs, car la racine des mots — ici “primer” et “pression” est claire. Et le préfixe “ex”, signifie “sortir”, “mettre au dehors”… Une émotion est un stress, positif ou négatif, agréable ou désagréable, qui ne demande qu’à sortir ! sous la forme d’un croquis, d’un dessin, d’une peinture. Et aussi d’une musique, d’un écrit… Et également d’une interprétation théâtrale, musicale !
Quand au dessin (ou à la peinture) conceptuel, il s’agit bien d’une pensée, d’une démarche intellectuelle. Essentiellement développée à partir du XXe siècle…

 

Qu’est-ce que l’art ? Un partage d’émotion ?

Pictogramme "Sablier" par Richard Martens.Ce qui suit n’implique que moi… Au XXe siècle et maintenant, beaucoup de personnes s’expriment via ce qu’on nomme “art moderne”. Et que je nomme “expression plastique contemporaine”, car il peut y avoir une certaine beauté, voire une beauté certaine dans certaines oeuvres.
Cependant — parfois — est-ce encore de l’art ? Car depuis la nuit des temps, dans tous les pays, à ma connaissance (et cela n’engage que moi), ce que véhicule l’art, pour moi… C’est l’émotion !

Pictogramme "coeur" par Richard Martens.L’émotion transmise à travers l’art du conte, par le conteur, et de nos jours l’art du spectacle — théâtre, chanson, musique, cinéma… —, et aussi la littérature, la musique, la peinture…
D’où ma question : si l’expression est conceptuelle, et n’éveille — chez moi — aucun ressenti, plutôt que de dire “c’est moche”, je préfère dire “je n’aime pas”, ou mieux : “cela n’éveille rien chez moi”. Donc — pour moi — cela relève d’une expression conceptuelle.
Cependant, je reste lucide… Il est possible que cela éveille une émotion chez quelqu’un d’autre… Que cela fasse écho chez un(e) spectatrice/teur…
Car comme le dit l’expression : « Les goûts et les couleurs… »

(:-{D} Richard Martens

Texte version 2.0, pour cause de « post-piratage »…

•    Pour m’écrire en privé : menu ci-dessus “Informations”, puis > “Me contacter ?”
•    Pour un commentaire : tout en bas de chaque article.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Quel est votre point de vue ? Merci de prendre, maintenant, le temps de me l’écrire ci-dessous…


Notes

  1. Ce blogue a subi un piratage que je digère à peine… Comme je l’ai écrit ailleurs, des “hackeurs/hackeuses” agissent de façon irrespectueuses en venant saboter, voire détruire le travail d’autrui. En s’introduisant comme des voleurs. Et en abîmant, comme des vandales… A cela s’ajoute, pour le moment, une impossibilité à voir un article avec des accents… Il me reste à contacter un programmeur pour finir de nettoyer les dégâts occasionnés…
  2. J’ai failli écrire “…prendre la plume”, selon l’expression consacrée. Aussi ai-je renoncé à ce cliché… Faux, à notre époque, pour moi ! (;-{D}

Enregistrer


Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Decalquer un dessin – 3

Les étapes pour décalquer un dessin sont les mêmes que la façon traditionnelle de décalquer.

Avec l’utilisation du calque-carbone, il n’y a pas à noircir le dos du calque. Ce qui fait gagner une étape ennuyeuse.

De plus, dans cet article, je vous donne aussi quelques astuces au sujet des crayons utilisés pour décalquer…

 

Quatre « objets » pour décalquer !

Figure 1. Matériel pour décalquer : dessin (ou photo), calque-carbone, feuille vierge, crayon dur ou stylet. Photo : ©Richard Martens.
Figure 1. Matériel pour décalquer : dessin (ou photo), calque-carbone, feuille vierge, crayon dur ou stylet. Photo : ©Richard Martens.

Pour décalquer, quatre “objets” sont nécessaires :

  1. un dessin à décalquer, ce qui est une évidence ;
  2. notre calque-carbone ;
  3. la feuille vierge qui recevra l’encrage ou la peinture finale ;
  4. un crayon dur ou un stylet1.

Voyons maintenant un peu plus en détail… Ainsi que leur utilisation !

 

Quatre types d’outils pour décalquer

Figure 2 : quatre types de stylets ou de crayons. Photo : ©Richard Martens.
Figure 2 : quatre types de stylets ou de crayons. Photo : ©Richard Martens.

En guise d’objet pour décalquer, le plus connu est, bien sûr, le crayon ! Crayon graphite2 dont j’ai déjà parlé ailleurs. Cependant, il y a d’autres outils. Voyons-en la liste. Quatre sortes selon moi :

  1. le crayon graphite en bois, si possible en 3 ou 4H ou plus “dur” (5H, voire 6H ou 7H) ;
  2. le porte-mine (Critérium, etc.), y compris ceux qui utilisent des mines en 0,5 mm ;
  3. le stylet1 pour pratiquer le “métal à repousser” ;
  4. le stylet à fabriquer soi-même (tige métallique montée sur un manche en bois).

Je ne traiterai pas du crayon graphite, puisque j’ai déjà écrit là-dessus2. De même pour le porte-mine…

Stylet : qu’est-ce que c’est ? Comment en obtenir ?

Un stylet est donc une tige métallique.

Deux avantages du stylet

Car l’intérêt d’un stylet, c’est qu’il est inusable “face au papier”. Je devrai écrire : “contre le papier” ! De ce fait, il n’y a pas à l’affûter régulièrement.

Et reporter un dessin avec cette “mine” crée un report… fin ! Car le second avantage du stylet, c’est que son tracé est fin.

Stylet improvisé avec un porte-mine

Cependant, il est à noter que, parfois, une fine tige métallique est fournie avec le porte-mine en 0,5 mm. Parfois enfoncée dans la gomme, à l’autre extrémité de l’outil. Cela peut servir à ôter une mine cassée dans l’outil. Dont du même diamètre : 0,5 mm. Si on entre cette tige dans le porte-mine, à la place de la mine, en émoussant, avec un papier abrasif fin, “spécial métal”, on obtient un stylet. Donc une mine inusable !

Qu’est-ce qu’un stylet pour métal à repousser ?

Il existe, dans le commerce, des stylets à double “pointe” pour métal à repousser. Chacun étant terminé par une boule de diamètre différent (voir la figure 2). Donc deux tailles différentes par stylet. Le but, l’usage de ces stylets est de frotter le dos d’une feuille métallique spécialement traitée pour être facilement emboutie, creusée. Ainsi en retournant la feuille, nous obtenons un relief. D’où le nom du support : “métal à repousser”. C’est utilisé pour faire des décorations métalliques, en imitation de certains décors moyenâgeux, par exemple… Pour décorer des boites, des plats de couvertures de livres, etc.

Il est donc possible de détourner ces stylets pour décalquer

Comment fabriquer un stylet ?

Enfin, il est possible d’enfoncer la pointe d’une aiguille à coudre dans une tige en bois. Puis de couper,  avec une tenaille, le chas3 de l’aiguille. Attention à détourner la tête, afin de ne prendre aucun risque au moment de couper le chas… Ensuite, avec une pierre au carborundum4, on ponce la brisure. Enfin, on finit de polir avec une pierre à huile.

Ou bien on achète un stylet tout prêt, dans le commerce !

 

Un dessin à reporter

Figure 3 : dessin original de Richard Martens, sur bloc sténo en format A5. Photo et dessin : ©R. Martens.
Figure 3 : dessin original de Richard Martens, sur bloc sténo en format A5. Photo et dessin : ©R. Martens.

Ensuite, il faut, évidemment un dessin à reporter. Ici, pour cet article, j’ai choisi un dessin, un portrait, que j’ai réalisé au stylo à bille bleu, en février 2014, sur un carnet en format A5. Un bloc sténo, pour être plus précis.

Et il est important, avant d’aller plus loin, de décider de ce qu’on va faire au final ? Sera-ce pour un encrage ou pour une peinture ? Car en fonction de l’objectif (encrage, peinture, etc.) et de la technique utilisée (aquarelle, acrylique, etc.), le choix du papier va en découler.

Un papier plutôt épais (200, voire 250 à 300 g/m2) est souhaitable pour les produits à l’eau, comme le lavis, l’aquarelle, la gouache, l’acrylique…

Un papier moyen (120 à 150 g/m2) sera utilisé pour un encrage à l’encre de Chine, à la plume ou au pinceau.

Un papier léger, de 90 à 120 g/m2 sera utilisé pour les produits « secs » : crayon graphite, mine de plomb, fusain, pierre noire et craie blanche, sanguine, pastel, etc.

 

Trois couches pour décalquer

Figure 4 : comment décalquer ? Technique : étape 1. Photo : ©Richard Martens.
Figure 4 : comment décalquer ? Technique : étape 1. Photo : ©Richard Martens.

Passons maintenant à l’opération “décalquer” proprement dite.

Quand on utilise un calque-carbone, il y a trois couches… Soit, à partir du haut :

  1. le dessin à reporter (noté “1” sur la Figure 4, photo ci-dessus), c’est-à-dire à décalquer, au dessus ;
  2. le calque-carbone, au dessous (noté “2” sur la photo), donc au milieu des trois feuilles ;
  3. le support final, c’est-à-dire le papier de qualité (noté “3” sur la photo) sur lequel on va peindre ou encrer, est placé en dessous.

Ici, j’ai soulevé la feuille du carnet de croquis (noté “1. Dessin”). J’ai placé en dessous le “2. Calque-carbone”, FACE CRAYONNÉE VERS LE BAS. Et encore plus en dessous, j’ai placé le support final, un papier de qualité, noté “3. Feuille vierge”.

 

Les quatre objets en action pour décalquer

Figure 5 : comment décalquer ? Technique : étape 2. Photo : ©Richard Martens.
Figure 5 : comment décalquer ? Technique : étape 2. Photo : ©Richard Martens.

Après avoir placé les feuilles dans le bon ordre, il suffit maintenant d’utiliser un crayon graphite dur ou un stylet (sur la photo, figure 5, noté en  rouge « 4 » et en vert “Stylet ou crayon”), et de repasser TOUS les traits du dessin. Pas nécessairement les hachures, et les effets d’ombres…

 

La vérification indispensable !

Figure 6 : comment décalquer ? Technique : étape 3. Photo : ©Richard Martens.
Figure 6 : comment décalquer ? Technique : étape 3. Photo : ©Richard Martens.

Que signifie “Vérification indispensable” ? Simplement de soulever TOUT À LA FOIS, le dessin et le calque-carbone, pour voir, vérifier si le dessin est bien reporté sur la feuille vierge tout simplement !

 

Deux “risques” de ne pas arriver à décalquer !

Il y a deux risques de ne pas réussir à décalquer, ou à le faire partiellement :

  1. en effet, il peut parfois arriver que, par étourderie, la face “carbone” du calque-carbone soit placé face en haut ! Donc la feuille vierge le restera… vierge !
  2. ou bien, il arrive que le calque-carbone soit plus petit que le dessin à reporter. Et qu’on oublie de le déplacer au fur et à mesure… Donc report partiel !

 

Comparaison : l’original & le report

Figure 7 : comment décalquer ? Technique : étape 4. Photo : ©Richard Martens.
Figure 7 : comment décalquer ? Technique : étape 4. Photo : ©Richard Martens.

Sur cette dernière photo (figure 7), nous pouvons voir le début du résultat :

  • à droite un détail du dessin noté “1. Dessin original” ;
  • à gauche le début du report, noté sur la photo “2. Dessin décalqué”.

Voilà en résumé la technique pour décalquer, avec un calque carbone.

Sinon, je le rappelle, le procédé classique pour décalquer (développé lors du 1er article)5 implique qu’il faille frotter au dos (le verso) du dessin (ou du calque supportant le dessin original) sur l’ensemble de TOUS les traits du dessin. Et tout tracer à nouveau au recto au moment du report ! Trois étapes !

 

Merci de commenter et/ou de questionner. Que pensez-vous de ce principe ? Cet article est-il explicite et utile ?

Richard Martens

Texte version 2.0, pour cause de piratage/sabotage. Et restauration…


 Notes

Comme d’habitude, voici les liens de l’article, au cas où ils seraient brisés dans le corps de l’article… Si c’est le cas, il vous suffit de faire un copier-coller de l’un des liens ci-dessous, et de le coller dans la barre de votre navigateur…

  1. Stylet, n. m. Antiquité – Instrument métallique effilé utilisé pour écrire sur les plaquettes de cire. Dictionnaire AntidoteStylet : nom masculin. Petite tige métallique fine, rigide ou flexible, à pointe émoussée, d’usage chirurgical. Dictionnaire Larousse.
  2. Article sur le “crayon graphite” : https://apprenons-dessin-et-peinture.fr/le-crayon-graphite/
  3. Chas, n. m. Trou d’une aiguille, par où passe le fil. Dictionnaire Antidote.
  4. Carborundum, n. comm. m. Marque de commerce relative à du carbure de silicium utilisé comme abrasif. Dictionnaire Antidote.
  5. Le procédé classique pour décalquer : https://apprenons-dessin-et-peinture.fr/decalquer-un-dessin-1/

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Decalquer un dessin – 2

Comme je l’ai annoncé, il y aura trois parties consacrées à ce sujet :

  • Une 1re partie : pourquoi et comment décalquer ? Méthode ancienne, simple et classique, que j’ai déjà rédigé, et qui reste d’actualité.
  • Une 2e partie : ma méthode favorite pour décalquer, en “fabriquant” un “calque-carbone”. Méthode que je développe ci-après…
  • Et enfin une 3e partie qui montrera l’utilisation de mon “calque-carbone”, en manière de démonstration.

On peux se poser la question de savoir si ce “calque-carbone est pratique ? Et présente t-il un avantage par rapport à la méthode traditionnelle ? Pour répondre à cela, voyons d’abord en quoi cela consiste…

 

Comment obtenir un calque-carbone ?

Pour réaliser un calque-carbone, il suffit de :

  1. couvrir la surface d’une feuille de calque, avec un crayon ! Je conseille quatre passages : un horizontal, un vertical et deux passages parallèles aux deux diagonales. Afin de bien noircir la surface ;
  2. laisser une marge tout autour de la feuille ;
  3. noter ce qui est le recto, si on suppose que c’est le verso qui est couvert par le crayon ;
  4. noter le type de crayon.

Voyons tout cela en détail…

 

Pourquoi laisser une marge tout autour du calque-carbone ?

Figure 1. Calque-carbone réalisé au crayon noir Polychromos. Photo : ©Richard Martens.
Figure 1. Calque-carbone réalisé au crayon noir Polychromos. Photo : ©Richard Martens.

Laisser une marge tout autour permet de pouvoir saisir le calque-carbone sans se salir les mains… tout simplement !

Ici, le calque-carbone a été recouvert par du crayon de couleur noir Polychromos de Faber Castell.

Pourquoi du crayon de couleur noir plutôt qu’un crayon graphite ? Pour cette marque (Polychromos), il s’agit d’un noir qui est mat, contrairement au crayon graphite qui a un aspect métallique.

Cependant, j’ai aussi réalisé plusieurs calques-carbones avec du crayon graphite. Voyons pourquoi dans la suite de cet article…

 

Pourquoi plusieurs calques-carbones ?

J’en ai fait :

  • avec des duretés de crayons différentes (HB, 2H, Polychromos) ;
  • dans des formats différents (A4, A5, voir A6).
  • avec quatre couleurs différentes : noir, rouge, bleu, blanc.

Pourquoi ? Tout simplement :

  • selon le type de papier : carte à gratter, carton, papier kraft, papier teinté, papier pour l’aérographe, etc. ;
  • selon la taille de la future peinture ou du futur dessin ;
  • selon le genre. Explications sur le genre…

Quoi pour quel genre ?

Le genre, pour moi, signifie la destination « finale » : dessin, peinture…

J’indique, ci-après, avec le « genre », le type de crayon que j’utilise pour fabriquer un « calque-carbone », pour :

  • un dessin sur papier. Dans ce cas, j’utilise le crayon graphite ou le crayon noir Polychromos ;
  • un dessin sur carte à gratter. Pour la carte blanche : j’utilise un calque avec du bleu ou du noir. Pour la carte noircie à l’encre de Chine : j’utilise le Polychromos blanc ;
  • une peinture à l’aquarelle, le crayon graphite est le plus adapté, selon moi ;
  • une peinture acrylique, plutôt du Polychromos, qui « accroche bien sur l’acrylique. Donc noir sur fond clair, ou blanc sur fond foncé…

Vous aurez compris qu’il est important de s’adapter, selon le support (papier, toile, etc.) et la technique (plume et/ou pinceau avec encre de Chine, aquarelle, acrylique, etc.)

 

Pourquoi noter le type de crayon ? Et donc le recto ?

Figure 2. Un "calque-carbone" avec l'indication du crayon et de sa dureté. Photo : ©Richard Martens.
Figure 2. Un « calque-carbone » avec l’indication du crayon et de sa dureté. Photo : ©Richard Martens.

Je note toujours au recto du calque le type de crayon. Et sa dureté (ici,ci-contre, figure 2 : « crayon graphite 2H »).

Ainsi, je sais tout de suite :

  • que le verso (l’autre face du calque) est la surface couverte de crayon ;
  • quelle est la dureté du crayon.

À NOTER que la dureté est “réduite” sur un calque. Ainsi le “2H” semble plus gras sur du calque que sur du papier.

 

Comment protéger les calques-carbones ?

Figure 3. Des "calques-carbones" annotés et rangés dans une pochette au format A4. Photo : ©Richard Martens.
Figure 3. Des « calques-carbones » annotés et rangés dans une pochette au format A4. Photo : ©Richard Martens.

Je conseille de protéger les calques-carbones en les mettant simplement dans une “pochette” en plastique de format A4 (photo, figure 3).

Ainsi, tous les formats égaux ou inférieurs au format A4 (21 x 29,7 cm) peuvent y rentrer.

C’est simple, pratique et économique.

Et nous pouvons le ranger dans un classeur… Ou pas !

Ceci est une façon simple de les ranger et de les protéger…

Il y a une autre façon de faire ! Que j’explique maintenant…

 

Variante pour une auto-protection du calque-carbone ?

Figure 4. Une feuille de "calque-carbone" pliée en deux, avec une moitié protégeant l'autre. Photo : ©Richard Martens.
Figure 4. Une feuille de « calque-carbone » pliée en deux, avec une moitié protégeant l’autre. Photo : ©Richard Martens.

J’ai aussi conçu un calque-carbone auto-protecteur.

J’ai pris un calque deux fois plus grand que ce que je veux obtenir : pour avoir un calque-carbone A4 (21 x 29,7 cm), j’ai pris un calque en A3 (29,7 x 42 cm), que j’ai plié en deux.

Ensuite, j’ai noirci la partie intérieure gauche du calque, en laissant une marge (cf. la photo figure 4).

Puis, j’ai replié le calque. Le frottis est protégé !

Enfin, j’ai noté le type de crayon et sa dureté (cf. “3H”, figure 2 & 4).

 

Pourquoi des calques-carbones de couleur ?

Des "calques-carbones" de couleurs, réalisés aux crayons de couleurs. Photo : ©Richard Martens.
Des « calques-carbones » de couleurs, réalisés aux crayons de couleurs. Photo : ©Richard Martens.

Comme je l’ai expliqué plus haut, j’ai aussi créé du calque-carbone :

  • noir bien sûr !
  • blanc (pour les fond sombres ou noirs) ;
  • rouge ;
  • bleu ;
  • bleu pâle (invisible en photocopies noir & blanc).

Ce dernier bleu (pâle) permet de décalquer sans avoir à gommer quand il s’agit d’une réalisation en noir et blanc (style BD). car il s’agit d’un bleu invisible à la photocopie en noir et blanc…

 

Comment protéger les calques-carbones de couleur ?

Des "calques-carbones" de couleurs, annotés et rangés dans une pochette au format A4. Photo : ©Richard Martens.
Des « calques-carbones » de couleurs, annotés et rangés dans une pochette au format A4. Photo : ©Richard Martens.

La protection est la même que pour les calques-carbones noirs : une pochette en plastique destinée à du papier en format A4.

Je conseille d’avoir – au moins – deux pochettes différentes :

  • une pour le noir (graphite et couleur noire)
  • une pour les calques-carbones de couleur blanche, rouge, bleus.

Pour du A3, il est possible de plier la feuille en deux… Personnellement, je n’utilise pas de A3. pour des dessins ou des peintures de formats plus grands que A4, je me contente de déplacer le calque-carbone choisi…

 

Méthode pour décalquer plus efficace ?

Calque-carbone réalisé au crayon graphite. Photo : ©Richard Martens.
Calque-carbone réalisé au crayon graphite. Photo : ©Richard Martens.

On peut se demander en quoi ce type de carbone est-il plus efficace que la simple feuille de calque, utilisée comme je l’ai expliqué dans le premier article ?

Le calque-carbone est doublement efficace.

Il est efficace en terme de :

  • gain de temps ;
  • gain d’effort.

Soyons un peu plus explicite ! Voyons cela ci-dessous…

Efficace en gain de temps

En effet, la méthode classique (cf. le précédent article1) implique de copier trois fois le dessin à reporter :

  1. calquer le dessin une première fois (recto) ;
  2. noircir le dos, ou repasser tous les traits (verso) ;
  3. décalquer le dessin (recto) en le reportant sur un nouveau support.

Avec un calque-carbone, il n’y a pas à effectuer l’étape 2. Car il suffit de glisser le carbone SOUS le calque à reporter. Donc un gain de temps !

Et si on réalise le dessin final directement sur un calque, on gagne aussi l’étape 1 !

Efficace en effort

Le calque-carbone est efficace en effort, puisqu’il n’y a pas à tracer trois fois. Seulement deux fois… Voire une fois seulement, si  le dessin définitif est réalisé sur… calque !

 

À suivre… Avec une explication-démonstration lors du 3e article…

Osez faire des commentaires. Et merci de le faire…

 

Richard Martens

Texte version 2.0, restauration et remise en « forme », pour cause de piratage dévastateur.


Note

Comme d’habitude, voici le lien de l’article, au cas où il serait brisé dans le corps de l’article… Si c’est le cas, il vous suffit de faire un copier-coller du lien ci-dessous, et de le coller dans la barre de votre navigateur…

  1. Précédent article : //apprenons-dessin-et-peinture.fr/decalquer-un-dessin-1/

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Dessin realiste en cerveau droit par Emeline – 3

En 2014, Emeline participait, pour la seconde fois, à mon “Stage de Dessin en cerveau droit1… Voici donc le troisième article que je consacre au portrait et à l’autoportrait par Emeline…

Pour mémoire, les étudiants dessinent quatre sujets, le premier jour :
•    un siège (tabouret, fauteuil…) ;
•    une de leur main ;
•    le portrait d’un participant au stage ;
•    un personnage d’imagination.
Le but est de pouvoir observer les progrès de chacun(e) durant les 30 heures du stage !

 

Portrait d’un stagiaire le premier matin

Portrait d'Elyas, par Emeline, en 2014, lors du stage de "Dessin en cerveau droit".
Portrait d’Elyas, par Emeline, en 2014, lors du stage de « Dessin en cerveau droit ».

Forte de son expérience, Emeline a réalisé, ce premier matin, lundi 24 février 2014, le portrait d’Elyas. Elle a dessiné le visage de profil, et croqué le reste du dessin, de façon simple et rapide…

 

Différence entre « copier » et « dessiner » & importance de pratiquer les deux approches

Pictogramme "Fleche" par Richard Martens. Durant le stage, il y a régulièrement alternance entre “copier un dessin” et “dessiner la réalité”.

Cela est important de dessiner à partir d’une réalité (nature morte, étude documentaire, dessin de nu, dessin de plâtre…) car cela implique de transformer la réalité, qui est en trois dimensions (largeur, hauteur et profondeur) en deux dimensions (largeur et hauteur), celles de la feuille ou de la toile !

La copie seule, donc la reproduction d’un dessin, d’une peinture, d’une gravure, voire d’une photo, n’entraîne absolument pas à transformer les trois dimensions de la réalité en deux dimensions de la copie. Car un dessin, une peinture, une gravure et une photo sont déjà en deux dimensions. Or, il est important de s’entraîner au dessin réaliste d’observation.

Il m’est arrivé d’observer que certaines personnes soient tout à fait capables de réaliser une copie de dessin ou de photo. Un grand nombre de reproductions de photos, réalisées au crayon, au stylo, etc., sont d’ailleurs exposées dans divers groupes sur Facebook, par exemple… Il importe d’être conscient que, quelle que soit la qualité du dessin, il s’agit d’une copie de photo, et non d’interprétation…

Ce n’est pas le fait du hasard qu’on désigne des musiciens, respectueux de la partition à la note près, ou des comédiens, respectueux du texte au mot près, du nom… d’interprètes ! Car je pense qu’il s’agit d’une forme de compliment. Il y a de la part du musicien, du comédien, un respect de l’oeuvre du compositeur ou de l’écrivain. ET une interprétation ! Donc un ajout, une création de leur part ! Est-ce le cas, si quelqu’un copie une photo, et que le spectateur croit voir une photo ?

Je n’ai pas la réponse… J’observe simplement ce qui suit…

Il arrive que certaines de ces personnes soient incapables de dessiner à partir de la réalité observable ! Certains de mes amis sont dans ce cas… Même si ces personnes sont d’excellents copistes…

D’où l’importance de faire ce qu’on appelle du dessin d’observation, comme, par exemple :

  • de la nature morte ;
  • de l’étude documentaire ;
  • du dessin de plâtre ;
  • du dessin de nu ;
  • du dessin de modèle vivant ;
  • etc.

Ce type d’enseignement se retrouve dans tous les ateliers de dessin et de peinture, qui préparent aux concours des écoles publiques et privées. Car cette capacité à voir et à rendre de façon réaliste le monde observé est attendue dans toutes les écoles, dans tous les concours et dans tous les dossiers…

Et les écoles « attendent » des candidats de l’interprétation, de la création…

 

Copie d’un portrait de profil à partir d’un dessin de Michel-Ange

Portrait par Michel-Ange, copié et librement interprété, à l'encre de Chine & au lavis, par Emeline, en 2014, lors du stage de "Dessin en cerveau droit".
Portrait par Michel-Ange, copié et librement interprété, à l’encre de Chine & au lavis, par Emeline, en 2014, lors du stage de « Dessin en cerveau droit ».

Pour cette copie, les étudiants disposent d’une photocopie d’un dessin de Michel-Ange. Un portrait de profil.

Copier ce dessin a pour but de prendre conscience, sur un portrait de profil, de l’importance du “vide” entre les traits du visage (oeil, nez & bouche) et l’oreille… C’est ce qu’explique Betty Edwards, dans son livre Dessiner grâce au cerveau droit1.

Ici, Emeline a pris des libertés, pour interpréter cette copie, à partir de la sanguine de Michel-Ange. Et c’est tant mieux, puisqu’elle réalise une superbe interprétation au lavis !

Qu’est-ce qu’un dessin au lavis ?

La réalisation est faite au lavis, c’est-à-dire avec de l’encre de Chine plus ou moins diluée avec de l’eau. Ce qui donne des nuances de gris…

 

Autre copie d’un portrait de la Renaissance française

Portrait de la Renaissance, copie d'Emeline, en 2014, lors du stage de "Dessin en cerveau droit".
Portrait de la Renaissance, copie d’Emeline, en 2014, lors du stage de « Dessin en cerveau droit ».

Là encore, Emeline a reproduit ce portrait de l’École Française de la Renaissance, en y apportant sa touche, son interprétation… Y compris dans le choix du support, à savoir une feuille teintée…

 

Autoportrait d’Emeline

Autoportrait (1) réalisé par Emeline, en 2014, lors de ce même stage de "Dessin en cerveau droit".
Autoportrait (1) réalisé par Emeline, en 2014, lors de ce même stage de « Dessin en cerveau droit ».

Emeline a réalisé cet autoportrait le vendredi 28 février 2014. Et non le 29… Car, vous aurez peut-être noté qu’Emeline a noté “29 février” sur son dessin. Or l’année 2014 n’a pas “offert” un 29 février. Car 2014 n’est pas une année bissextile. 2016 le sera…

Ne dit-on pas que : « L’étourderie est le propre des artistes » ?

Emeline a dessiné ce qu’on nomme un “dessin au trait”.

Qu’est-ce qu’un dessin au trait ?

Un dessin au trait, c’est un dessin fait à la plume ou au stylo. Donc avec un instrument qui contrairement au crayon, ne permet pas de nuancer le trait, avec des valeurs foncées ou claires… Donc pour simuler des nuances claires ou foncées, l’artiste peut poser des hachures, ou des points, ou des touches plus ou moins fines (ou épaisses), et longues (ou courtes)… Ceci permet donc de donner l’impression d’ombres et de lumières, bien que chaque trace soit de la même intensité.

Les deux copies précédentes sont réalisées en nuances de gris. La copie de Michel-Ange est nuancée par la dilution de l’encre de Chine. Quant au portrait de la Renaissance, Emeline a produit les nuances grâce aux variations de pressions de sa main avec le crayon…

 

Autoportrait d’Emeline en couleurs

Magnifique autoportrait (2) réalisé par Emeline, en 2014, lors du stage de "Dessin en cerveau droit".
Magnifique autoportrait (2) réalisé par Emeline, en 2014, lors du stage de « Dessin en cerveau droit ».

Emeline a fait le choix d’un support cartonné, d’une couleur “brune”. Elle a campé son superbe autoportrait de façon subtile, délicate et légère. Puis, d’une certaine manière, elle a peint les yeux et la bouche, en mettant de la couleur.

Magnifique résultat !

 

Autoportrait au trait… de MEMOIRE !

Etonnant autoportrait (3) réalisé… de MEMOIRE (!) par Emeline, en 2014, lors de ce même stage de "Dessin en cerveau droit".
Etonnant autoportrait (3) réalisé… de MEMOIRE (!) par Emeline, en 2014, lors de ce même stage de « Dessin en cerveau droit ».

Une fois de plus, Emeline a fait très fort.

Elle avait déjà dessiné de façon ambidextre – de la main gauche Et de la main droite — sa main droite ET sa main gauche ( cf. “Dessin de la main… DROITE2, dans l’article précédent).

Cette fois, elle a fait un autoportrait… De MÉMOIRE ! Bel autoportrait qu’elle a réalisé au trait.

 

Une mise en couleur de son autoportrait de mémoire

Photocopie de l'autoportrait (4) réalisé de mémoire par Emeline, et mise en couleurs, en 2014, lors d'un stage de "Dessin en cerveau droit".
Photocopie de l’autoportrait (4) réalisé de mémoire par Emeline, et mise en couleurs, en 2014, lors d’un stage de « Dessin en cerveau droit ».

Comme cet autoportrait a été dessiné au trait, cela devient pratique à photocopier. Et il est pratique de photocopier pour obtenir plusieurs tirages… C’est ce qu’a fait Emeline. Ainsi elle a pu mettre en couleurs deux photocopies…

Pour celle-ci, Emeline a “joué” sur le contraste de la couleur en soi, en utilisant des couleurs plutôt vives, diverses et fortement contrastées…

 

Une autre mise en couleur de son autoportrait de mémoire

Une autre mise en couleurs à partir d’une photocopie de l'autoportrait (5) réalisé par Emeline, en 2014, lors d'un stage de "Dessin en cerveau droit".
Une autre mise en couleurs à partir d’une photocopie de l’autoportrait (5) réalisé par Emeline, en 2014, lors d’un stage de « Dessin en cerveau droit ».

Pour cet autoportrait, Emeline a plutôt mis en couleurs dans l’esprit du contraste clair-obscur, dans une tendance presque monochrome, un peu comme un camaïeu

 

Voici ce que le dessin réaliste en cerveau droit permet à Emeline de faire…

 

Que pensez-vous des dessins d’Emeline ? Merci de répondre ci-dessous…

Richard Martens

Texte version 2.0, surtout pour cause de piratage de ce blogue d’une part, et de mise à jour d’informations périmées d’autre part…


Notes

Comme d’habitude, voici les liens de l’article, au cas où ils seraient brisés dans le corps de l’article… Si c’est le cas, il vous suffit de faire un copier-coller de l’un des liens ci-dessous, et de le coller dans la barre de votre navigateur…

  1. Stage de dessin en cerveau droit : https://apprenons-dessin-et-peinture.fr/stage-dessin-cerveau-droit/
  2. Dessin de la main droite : https://apprenons-dessin-et-peinture.fr/dessin-realiste-cerveau-droit-par-emeline-2/

 

Pictogramme "Information" par Richard Martens.Information : si vous le souhaitez, vous pouvez acheter ce livre — ce que je vous conseille vivement —, via Amazon.com, en cliquant sur l’une des images ci-dessous. Il va de soi, & c’est mieux en le disant, que si vous l’achetez en cliquant sur l’une ou l’autre de ces photos, cela ne vous coûtera pas plus. et je percevrai un petit pourcentage sur cet achat. Si vous le faite merci d’avance…

Le livre ci-dessous est en français :

Dessiner grâce au cerveau droit (4e édition)

 

Ci-après, il s’agit d’un livre avec des exercices proposés par Betty Edwards :

Dessiner grâce au cerveau droit. Livre d’exercices


 Attention ! Le livre ci-dessous est en anglais :

Drawing on the Right Side of the Brain: The Definitive, 4th Edition

 

Enregistrer

Enregistrer

Dessin realiste en cerveau droit par Emeline – 2

Rappelons qu’Emeline participait, en février 2014, pour la seconde fois, à mon “Stage de Dessin en cerveau droit”1… Voici donc la suite de quelques réalisations d’Emeline, celles concernant le dessin de ses mains…

Rappel : les stagiaires dessinent quatre sujets, le premier matin :
•    un siège (tabouret, fauteuil…) ;
•    une de leur main ;
•    le portrait d’un participant au stage ;
•    un personnage d’imagination.
Tout ceci afin de garder une trace des capacités de chacun(e) au premier matin du stage, afin de voir les progrès à la fin du stage ! Après la réalisation de ces quatre dessins, je les ramasse, Et je les rends le dernier jour du stage. Car à la fin du stage, quand je rends ces dessins, je rends aussi ceux qui correspondent à ces quatre dessins, afin de faire ressortir les progrès accomplis !

Voyons donc les progrès d’Emeline, à propos du dessin des mains…

Le dessin de sa main le premier matin…

La main gauche dessinée par Emeline, en 2014, lors d'un stage de dessin en cerveau droit.
La main gauche dessinée par Emeline, en 2014, lors d’un stage de dessin en cerveau droit.

Ici, Emeline a réalisé le dessin de sa main gauche. Ce dessin est déjà bien campé. Ce qui fait ressortir qu’elle a gardé un bon “coup de patte” depuis son précédent stage, et ce qu’elle a pu faire par ailleurs… Elle a dessiné cette main le lundi 24 février 2014 en matinée, sur une feuille au format A4 (21 x 29,7 cm)… C’est donc l’un des quatre dessins du début du stage.

 

Premier dessin d’une main le mardi, par Emeline

Main gauche (2) dessinée par Emeline, en 2014, lors d'un stage de "Dessin en cerveau droit".
Main gauche (2) dessinée par Emeline, en 2014, lors d’un stage de « Dessin en cerveau droit ».

Le lendemain, mardi 25 février 2014, soit le deuxième jour du stage, Emeline dessine sa main gauche, en regardant à peine le papier. D’où sa note écrite sur la feuille en bas à droite : “à l’aveugle + contrôle du placement” du crayon (ou du stylo !). Ce qui signifie que, comme le conseille Betty Edward, dans son ouvrage “Dessiner grâce au cerveau droit1”, l’exercice consiste à regarder le sujet à dessiner – et  non la feuille –, et parfois il suffit de jeter un bref coup d’oeil sur le papier, avant de déplacer l’outil…

 

Autre dessin de la main gauche

Sa main gauche (3) dessinée par Emeline, en 2014, lors d'un stage de "Dessin en cerveau droit".
Sa main gauche (3) dessinée par Emeline, en 2014, lors d’un stage de « Dessin en cerveau droit ».

Ce même jour, Emeline a trouvé le temps de faire un deuxième dessin sur un format A4 ! Avec un superbe raccourci du pouce ! Et aussi, comme elle le note, “à l’aveugle avec contrôle” du stylo…

 

Dessin de la main… DROITE !

Sa main gauche (4) dessinée par Emeline, en 2014, lors d'un stage de "Dessin en cerveau droit".
Sa main gauche (4) dessinée par Emeline, en 2014, lors d’un stage de « Dessin en cerveau droit ».

Ici, Emeline a dessiné sa main… DROITE ! Avec sa main gauche ! Sur un format A4…

Ce qui fait apparaître qu’Emeline semble être… Ambidextre !

 

Trois dessins de sa main gauche

Trois dessins de sa main gauche (5) réalisés par Emeline, en 2014, lors d'un stage de "Dessin en cerveau droit".
Trois dessins de sa main gauche (5) réalisés par Emeline, en 2014, lors d’un stage de « Dessin en cerveau droit ».

Enfin, le lendemain, mercredi 26 février 2014, Emeline a pris le temps de réaliser ce triple dessin de sa main gauche, avec un stylo bille bleu

 

Dans un dernier article, je montrerai les portraits et les autoportraits réalisés par Emeline.

…à suivre…

Merci d’écrire, ci-dessous, questions, commentaires ou observations…

Richard Martens

Texte version 2.0, surtout pour cause de piratage de ce blogue d’une part, et de mise à jour d’informations périmées d’autre part…


Note

Comme d’habitude, voici le lien de l’article, au cas où il serait brisé dans le corps de l’article… Si c’est le cas, il vous suffit de faire un copier-coller du lien ci-dessous, et de le coller dans la barre de votre navigateur…

  1. Stage de dessin en cerveau droit : https://apprenons-dessin-et-peinture.fr/stage-dessin-cerveau-droit/

 

Pictogramme "Information" par Richard Martens.Information : si vous le souhaitez, vous pouvez acheter ce livre — ce que je vous conseille vivement —, via Amazon.com, en cliquant sur l’une des images ci-dessous. Il va de soi, & c’est mieux en le disant, que si vous l’achetez en cliquant sur l’une ou l’autre de ces photos, cela ne vous coûtera pas plus. et je percevrai un petit pourcentage sur cet achat. Si vous le faite merci d’avance…

Le livre ci-dessous est en français :

Dessiner grâce au cerveau droit (4e édition)

 

Ci-après, il s’agit d’un livre avec des exercices proposés par Betty Edwards :

Dessiner grâce au cerveau droit. Livre d’exercices


 Attention ! Le livre ci-dessous est en anglais :

Drawing on the Right Side of the Brain: The Definitive, 4th Edition

 

Enregistrer

Enregistrer

Dessin realiste en cerveau droit par Emeline – 1

Emeline participait, en février 2014, pour la seconde fois, à mon “Stage de Dessin en cerveau droit”1, à propos duquel j’ai rédigé un article sur ce blogue. Voici donc quelques-unes des réalisations d’Emeline…

Pour mémoire, pour celles et ceux qui le savent déjà, et pour information, pour celles et ceux qui l’ignorent, j’ai placé, sur mon site2, plusieurs pages d’information à propos de ce qu’est un stage de dessin en cerveau droit3. Lequel consiste, en résumé, à savoir dessiner de façon réaliste en… trente (30) heures !

Et ce que j’appelle la “bascule”, c’est-à-dire quand le stagiaire arrive à dessiner de façon réaliste, se passe entre la 12e et la 15e heures…

Le premier matin (un lundi, en général) commence par une présentation de la méthode imaginée par Betty Edward, avec ce que j’appelle une “photo de départ”. Il s’agit, pour le stagiaire, de faire quatre dessins :

  • un objet (par exemple un siège) ;
  • une de ses main ;
  • le portrait d’une personne présente dans le stage ;
  • un personnage en pieds d’imagination.

Le but est de pouvoir “fixer” le départ des capacités de chacun(e) au début du stage, quand la méthode n’est pas encore pratiquée. Pour pouvoir voir les progrès et la différence à l’arrivée !

Dans ce premier article, je montre les progrès d’Emeline à propos des objets et des décors, comme je l’avais déjà fait, pour Thomas Brie, dans un précédent article, titré Dessin réaliste en cerveau droit par Thomas Brie4

 

Dessin d’un siège le premier matin

Un siège en plastique, dessiné par Emeline, le matin du premier jour du stage de "Dessin en cerveau droit", en 2014.
Un siège en plastique, dessiné par Emeline, le matin du premier jour du stage de « Dessin en cerveau droit », en 2014.

Ici, pour le dessin d’un objet — un siège, directement lié à la perspective — il s’agit d’une chaise, en plastique pour être plus précis. Je demande presque toujours de dessiner ce type d’objet, car il est assez grand et toujours disponible dans un atelier.

Vous pouvez en voir un autre exemple, par Sonia, sur mon site5

Emeline l’a réalisé le lundi 24 février 2014 en matinée, sur une feuille au format A4 (21 x 29,7 cm)… Elle a utilisé un stylo à bille bleu. La méthode de dessin en cerveau droit, proprement dite, n’a pas encore commencé… Il s’agit de l’un des quatre dessins de départ.

Pictogramme "Information" par Richard Martens. Pour mémoire, Emeline réalise ce stage pour le seconde fois. D’autres stagiaires l’ont précédé en faisant, eux aussi, deux fois ce stage. Julie et Antoine, entre autres, ont, eux aussi, fait deux fois ce stage. Et, ce qui reste étonnant, c’est que chacun(e) à continué de progresser lors de ce deuxième stage !

 

Dessin d’un coin d’atelier par Emeline

Coin d'atelier dessiné par Emeline, en 2014, lors d'un stage de "Dessin en cerveau droit".
Coin d’atelier dessiné par Emeline, en 2014, lors d’un stage de « Dessin en cerveau droit ».
Une première vue d’un coin d’Atelier. Photo : Richard Martens.
Une première vue d’un coin d’Atelier. Photo : Richard Martens.

Plus tard, le mercredi 26 février 2014, soit le troisième jour du stage, Emeline a dessiné ce décor.

Il s’agit de l’un des coins de l’atelier, et ceci sans construire cette perspective.

Il s’agit, à l’extrême gauche, de l’amorce d’une fenêtre, puis, vers la droite, la silhouette d’un squelette, devant un grand tableau vert. Et au dessus, en haut de l’image, se trouve un écran déroulant pour projection de diapositives, rétroprojecteur et vidéo-projecteur…

Nota bene : j’ai ajouté cette photo de ce coin d’atelier, bien que l’angle de vue de cette photo ne soit pas tout à fait le même que celui d’Emeline. Cela donne quand même une assez bonne idée de la vue…

 

Pictogramme "crayon" par Richard Martens.A noter que ma prise de vue du dessin laisse — hélas ! — légèrement à désirer. Car il s’agit d’une photo, et non d’un “scan”. Auquel cas, l’éclairage aurait été égal sur toute la surface de l’image… En effet, le coin inférieur gauche semble un peu sombre, ce qui n’était pas le cas sur le dessin original.

 

Le même coin d’atelier, dessiné par Sonia

Une autre vue d’un même coin d’Atelier. Photo : Richard Martens.
Une autre vue d’un même coin d’Atelier. Photo : Richard Martens.

Sonia, la même année, a aussi réalisé ce coin d’atelier5. Sonia était légèrement plus près du mur, et un peu plus loin.

De ce fait, la fenêtre est plus visible, à gauche, avec l’espagnolette

Bien que vous puissiez voir ce dessin sur mon site, avec le lien que j’ai placé juste sur la ligne ci-dessus, j’ai préféré mettre son dessin, ci-dessous, en plus grand format…

Nota bene : j’ai ajouté, ci-contre, cette photo de l’atelier, bien que l’angle de vue, là encore, ne soit pas tout à fait le même que celui de Sonia, dont le dessin est ci-dessous. Cela donne quand même une assez bonne idée de la vue…

Le même coin d'atelier dessiné par Sonia B., en 2014, lors de ce même “Stage de Dessin en cerveau droit".
Le même coin d’atelier dessiné par Sonia B., en 2014, lors de ce même “Stage de Dessin en cerveau droit ».

 

Dessin d’un toit en verre, en contre-plongée, par Emeline

Verrière dessinée en contre plongée, par Emeline, en 2014, lors d'un stage de "Dessin en cerveau droit".
Verrière dessinée en contre plongée, par Emeline, en 2014, lors d’un stage de « Dessin en cerveau droit ».
Vue de la verrière d’un Atelier. Photo : Richard Martens.
Vue de la verrière d’un Atelier. Photo : Richard Martens.

Ce même jour, Emeline a trouvé le temps de réaliser un deuxième dessin d’un décor… Celui d’une verrière, c’est-à-dire le toit en verre et en métal, digne des architectures du XIXe siècle. Emeline a dessiné cette contre-plongée, dans le hall de cet atelier. On peut voir les “projecteurs”, les lampes qui éclairent parfois le hall, ainsi que les immeubles alentours, à travers le verre de la toiture…

Nota bene : là aussi, j’ai ajouté cette photo de la verrière, bien que l’angle de vue ne soit pas tout à fait le même pour Emeline. Cela donne quand même une assez bonne idée de la vue…

Ah ! J’oubliais un détail… Quand on dessine en cerveau droit, plus le “sujet” est complexe, plus c’est… Facile ! Ce qui est paradoxal, et c’est ainsi !

 

Pictogramme "crayon" par Richard Martens.A noter que, là aussi, ma prise de vue du dessin laisse — hélas ! — à désirer. Car il s’agit d’une photo, et non d’un “scan”. Auquel cas, l’éclairage aurait été égal sur toute la surface de l’image… En effet, le coin inférieur gauche semble sombre, et en haut à gauche, un peu sombre, ce qui n’était pas le cas sur le dessin original.

 

Dans le prochain article, je montrerai les dessins de mains d’Emeline. Puis je terminerai par le portrait et les autoportraits d’Emeline…

…à suivre…

Merci de poser, ci-dessous, questions, commentaires, observations…

Richard Martens

Texte version 3.0, surtout pour cause de piratage de ce blogue d’une part, et de mise à jour d’informations périmées d’autre part…


Notes

Comme d’habitude, voici les liens de l’article, au cas où ils seraient brisés dans le corps de l’article… Si c’est le cas, il vous suffit de faire un copier-coller du lien ci-dessous, et de le coller dans la barre de votre navigateur…

  1. https://apprenons-dessin-et-peinture.fr/stage-dessin-cerveau-droit/
  2. http://richard-martens.eu/ Mon site est essentiellement dédié à mes réalisations personnelles et professionnelles, comme illustrateur et graphiste. Il y a, cependant une partie dédiée à mon “Stage de dessin en cerveau droit”, en sous-domaine de mon site, à l’adresse suivante :
  3. http://dessin-cerveau-droit.richard-martens.eu/
  4. https://apprenons-dessin-et-peinture.fr/dessin-realiste-en-cerveau-droit-par-thomas-brie/
  5. http://dessin-cerveau-droit.richard-martens.eu/soniachaiseetdec.html

 

Pictogramme "Information" par Richard Martens.Information : si vous le souhaitez, vous pouvez acheter ce livre — ce que je vous conseille vivement —, via Amazon.com, en cliquant sur l’une des images ci-dessous. Il va de soi, & c’est mieux en le disant, que si vous l’achetez en cliquant sur l’une ou l’autre de ces photos, cela ne vous coûtera pas plus. et je percevrai un petit pourcentage sur cet achat. Si vous le faite merci d’avance…

Le livre ci-dessous est en français :

Dessiner grâce au cerveau droit (4e édition)

 

Ci-après, il s’agit d’un livre avec des exercices proposés par Betty Edwards :

Dessiner grâce au cerveau droit. Livre d’exercices


 Attention ! Le livre ci-dessous est en anglais :

Drawing on the Right Side of the Brain: The Definitive, 4th Edition

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Exposition Carl Larsson

Exposition Carl Larsson au printemps 2014. Extrait de l'affiche, dans le métro parisien. Photo : Richard Martens.
Exposition Carl Larsson au printemps 2014. Extrait de l’affiche, dans le métro parisien. Photo : Richard Martens.

Carl LARSSON, Suédois, est né en 1853 à Stockholm, et il est mort en 1919 à Sundborn. Talentueux & doué, il a exercé comme illustrateur, & comme peintre, et occasionnellement comme graphiste, et comme caricaturiste… Il réalisa de nombreuses peintures à l’aquarelle, ainsi que des peintures à l’huiles & des fresques. Il fut un des artistes du mouvement artistique & artisanal « Arts and Crafts1 ».

 

Exposition Carl Larsson au Petit Palais

Du 7 mars au 7 juin 2014.

Cet artiste a réalisé beaucoup d’aquarelles, illustrant la vie de famille…

 

Technique d’aquarelle de Carl Larsson

Extrait de l'affiche de l'exposition Carl Larsson montrant la technique de l'aquarelle, couplée au crayon graphite.
Extrait de l’affiche de l’exposition Carl Larsson montrant la technique de l’aquarelle, couplée au crayon graphite.

Afin de mieux voir la technique employée par cet artiste, j’ai choisi de montrer un agrandissement d’un extrait de l’affiche de l’exposition.

Il semble que la base de cette aquarelle soit un dessin réalisé au crayon. Puis Carl Larsson a probablement peint à l’aquarelle ce dessin .

Les touches liquides sont très visibles.Et semblent relever des aplats. Donc des surfaces de couleur unies.

Pour peindre le visage et les joues

Il a probablement posé un premier aplat rouge, très dilué sur l’ensemble du visage. Ce qui génère un rose. Puis, quand le rose était sec, il aurait posé le rose plus vif des joues. Il a peint « mouillé sur sec ».

« Mouillé sur sec » ou « mouillé sur mouillé » ?

« Mouillé sur sec » signifie que la couleur qu’on pose est forcément « mouillée ». Et qu’elle est posée sur un papier sec. Même si une couleur a été déposée au préalable. Auquel cas on attend que la couleur précédente soit sèche.

Cette expression professionnelle des aquarellistes a un pendant…

« Mouillé sur mouillé ». Qui signifie peindre (donc mouillé) sur un papier imbibé d’eau (mouillé) ou recouvert d’une couleur qui n’est pas encore sèche (donc « mouillée »).

Quel est l’intérêt de peindre « mouillé sur sec » et non « mouillé sur mouillé » ?

Quand on pose une couleur « mouillé sur sec », on contrôle la forme de ce qu’on peint. Alors que si on peint « mouillé sur mouillé », la couleur va diffuser, se « répandre », dès qu’on la dépose sur le papier mouillé ou sur la couleur précédente encore humide. Donc peu ou pas de contrôle de la forme peinte…

Obtenir un modelé sur le visage par les hachures

Afin de fondre les deux couleurs, ici, Carl Larsson utilise la technique des hachures ou des traits “parallèles”, réalisés au pinceau ou au crayon graphite par exemple, afin de générer un effet de modelé. Sur le visage ou ailleurs…

Parfois les hachures peuvent être faites au pinceau fin chargé d’aquarelle. Un technique très prisée par Jean Mulatier, caricaturiste très talentueux !

Cette association du crayon & de l’aquarelle est pratiquée depuis fort longtemps par les artistes. Il est possible qu’il y ait des ajouts de cernés au pinceau fin avec de l’aquarelle noire…

Avantage des tracés au crayon

L’avantage des tracés au crayon, c’est que le trait peut être “doux”, léger, à peine visible, et cependant présent ! Ce qui s’observe parfaitement sur cette reproduction…

Parfois il semble avoir encré certains de ses dessins à l’encre de Chine, probablement avant de placer l’aquarelle…

Quand il y a des cernés ou des hachures à l’encre de Chine ?

Cela peut se faire à l’encre noire, voire à l’encre sépia, moins intense que le noir. Et donc moins “remarquable”. En effet, il peut, parfois, être gênant d’utiliser l’encre noire qui peut être trop visible, et qui attire trop le regard…

Un certain nombre d’illustrateurs, de la fin du XIXe siècle & du début du XXe, ont utilisé cette technique, à savoir oeuvrer à l’aquarelle & au crayon (ou à l’encre de Chine) : Arthur RACKHAM, William Heath ROBINSON et ses frères, Edmund DULAC, le Russe BILIBINE, etc.

 

Portrait d’August Strindberg en noir et blanc… Sur toile ?

Portrait d'August Strindberg par Carl Larsson. Wikimedia Commons.
Portrait d’August Strindberg par Carl Larsson. Wikimedia Commons.

Voici un exemple de dessin par ce même artiste.

La facture de ce portrait est très différente de ses aquarelles.

D’habitude, l’artiste dessine des personnages en pieds avec un décor, une ambiance familiale… Ou un modèle nu, ou un artiste au travail… Ce que vous pouvez voir plus haut ou plus loin…

Ici, il s’agit d’un portrait d’August Strindberg, de face, très réaliste, au trait (probablement au pinceau), avec peu de valeurs (gris clair & gris moyen). Et peut-être sur une toile ?

Lettrage

Avec un superbe lettrage en lettres capitales Romaines en bas de la toile. Ou, comme dans l’antiquité, le U et le V font une seule et même lettre.

Et en dessous un lettrage qui est un peu dans l’esprit de celui de la Sécession & de l’Art nouveau (style 1900) ! Comme on peut en voir sur certaines toiles de Klimt, par exemple…

Et enfin, en bas à l’extrême droite, il y a la signature de l’artiste : ses initiales « C. L. »

Petite parenthèse…

Que le U et le V aient été, autrefois, une seule et même lettre (comme le I et le J) explique la « différence » – et la parenté – de noms comme « FaUre » et « FaVre », ou « LefebUre » et l’étrangeté de l’orthographe du nom « LefèbVre » (bonjour Jean ! (;-{D}). Selon que la lettre est « devenue » un U ou un V. A noter que c’est moi qui ai mis les U et V en lettres capitales dans les noms propres cités…

 

Quelques sites qui parlent de Carl Larsson

Voici, ci-dessous, quelques sites dédiés à Carl Larsson, ou qui lui ont consacré un article…

 

Et tout d’abord des sites en français …

Aquarelle de Carl Larsson, représentant un intérieur, avec une fillette, et un enfant…
Aquarelle de Carl Larsson, représentant un intérieur, avec une fillette, et un enfant…

En premier, il y a le site du Petit Palais, musée Parisien qui organise l’exposition :
http://www.petitpalais.paris.fr/fr/expositions/carl-larsson-1853-1919-limagier-de-la-suede

Le site nous apprends, entre autre, je cite, qu’« il séjourna à partir de 1877 et pour plusieurs années en France, d’abord à Paris en quête d’une reconnaissance qu’il tarda à obtenir, puis à Grez-sur-Loing à partir de 1882. Il prit tout de suite une place déterminante dans la colonie d’artistes anglo-saxons et scandinaves qui s’y était implanté non loin de la forêt de Fontainebleau. »

 

Puis le site, en français, de Wikipedia :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Carl_Larsson

Qui offre une biographie de l’artiste…

 

Aquarelle de Carl Larsson, représentant un intérieur, avec une fillette…
Aquarelle de Carl Larsson, représentant un intérieur, avec une fillette…

Il y a également un site dédié à l’aquarelle & aux aquarellistes, dont Carl Larsson :
http://www.aquarelliste.org/carl-larsson.html

 

Il y a aussi un article, “Carl Larsson, peintre du modèle suédois”, de la revue “Connaissance des arts” sur cette exposition :
http://www.connaissancedesarts.com/peinture-sculpture/actus/carl-larsson-peintre-du-modele-suedois-102535.php

 

J’ai enfin ajouté un lien pour un site dont le nom annonce des “Carnets Nordiques, Voyages, Aventure, Outdoor”. Et un article titré “Sur les pas de Carl Larsson”, “Carl Larsson, l’imagier de la Suède”. Et où l’auteur de l’article nous entraîne dans un voyage en photos, avec de belles reproductions d’aquarelles de Carl Larsson
http://www.carnets-nordiques.com/carl-larsson-sundborn/

 

Et des sites en anglais…

Autoportrait de l'artiste, Carl Larsson, assis dans son atelier.
Autoportrait de l’artiste, Carl Larsson, assi dans son atelier.

Le site en anglais de Wikipedia :
http://en.wikipedia.org/wiki/Carl_Larsson

 

Il y a aussi un site, très épuré, original, à dominante blanche, avec les rubriques “Books”, “Biography”, “Art”, “Links” & “Contacts” :
http://www.carllarsson.net/

 

Et également un site, qui serait le site officiel :
http://www.clg.se/enstart.aspx
Sundborn, le lieu où a vécu Carl Larsson, avec sa femme…

 

Affiche de l'exposition Carl Larsson au printemps 2014, dans le métro parisien. Photo : R. Martens
Affiche de l’exposition Carl Larsson au printemps 2014, dans le métro parisien. Photo : Richard Martens

Enfin, j’ai ajouté un site qui offre la vision de beaucoup de reproductions : aquarelles & peintures…
http://www.tuttartpitturasculturapoesiamusica.com/2011/09/carl-larsson-1853-1919-stockholm.html

 

À noter : parfois son nom est orthographié “Larson”, avec un seul “s”.

 

Au fait… Vous avez peut-être vu l’affiche dans les couloirs du métro Parisien, comme ci-contre ?

Si ce n’est pas le cas, je la place ci-dessous, en manière de conclusion…

 

Affiches de l’exposition Carl Larsson, dans le métro parisien. Photo : Richard Martens

Et, comme d’habitude, vos commentaires sont les bienvenus… Allez-y écrivez à votre tour ! Connaissiez-vous l’artiste ? Que pensez-vous de l’article ? Avez-vous vu l’exposition ?

Richard Martens

Texte version 2.0. Texte revisité pour cause de piratage à fort dégats…


Notes

  1. Cliquez sur le texte en fin de ligne, pour lire l’article de Wikipédia sur le mouvement artistique & artisanal “Arts & Crafts”.
  2. Information : si vous le souhaitez, vous pouvez acheter ces livre, via Amazon.com, en cliquant sur l’une des images ci-dessous. Il va de soi, & c’est mieux en le disant, que si vous l’achetez en cliquant sur l’une ou l’autre de ces photos, cela ne vous coûtera pas plus. et je percevrai un petit pourcentage sur cet achat. Si vous le faite merci d’avance…

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Stage de dessin en cerveau droit

Dessin en cerveau droit d'une chaise et d'une plante, lors d'une démonstration, par Richard Martens.
Dessin en cerveau droit d’une chaise et d’une plante, lors d’une démonstration, par Richard Martens.

Chaque année, souvent pendant la première semaine des vacances de février de la zone de Paris, et parfois à d’autres moment, je propose un “Stage de dessin réaliste en cerveau droit”.

C’est un stage de 30 heures, soit trois heures le matin & trois heures l’après-midi, pendant cinq jours.

Mon site est visible à cette adresse avec de nombreux exemples de dessins d’étudiants :

http://dessin-cerveau-droit.richard-martens.eu :

 

A qui est destiné ce stage ?

C’est un stage conçu pour des adultes &/ou des adolescents désireux de savoir dessiner de façon réaliste, donc classique & traditionnelle quant au résultat.

 

Quel est le but de ce Stage ?

Le but est donc simple : savoir dessiner de façon réaliste en 30 heures, grâce au cerveau droit. Pour le dire autrement : apprendre le dessin d’observation de manière réaliste en 30 heures, donc développer la capacité de dessiner comme cela se pratique en occident depuis la Renaissance.

 

Qu’est-ce qui caractérise cette capacité ?

Dessin en cerveau droit : autoportrait de ©Mony C., 2007. DR.
Dessin en cerveau droit : autoportrait de ©Mony C., 2007. DR.

Ce qui caractérise cette faculté de dessiner de façon réaliste, c’est de pouvoir se mettre dans un état de détente, un état neutre ou légèrement euphorique. Ce qu’on pourrait nommer « avoir du plaisir à dessiner »…

Ou pour le dire autrement, pouvoir se mettre à volonté dans ce que j’appelle “l’état de grâce du dessinateur”, c’est-à-dire dans un état de détente neutre ou agréable, proche de la sérénité.

Le beau portrait qui figure ci-contre est un autoportrait de Mony, qu’elle a réalisé en 2007, sur une simple feuille de papier de format A4, au crayon graphite.

 

Comment arriver à cet état et à obtenir cette capacité ?

Basé sur la méthode de Betty Edwards, ce stage est idéal pour toutes celles & tous ceux qui pensent ne pas pouvoir ou ne pas savoir dessiner, et pour toutes celles et tous ceux à qui les méthodes traditionnelles d’enseignement du dessin ne conviennent pas.

Principes & méthodes

Dessin en cerveau droit : autoportrait de ©Thomas BRIE, 2009 DR.
Dessin en cerveau droit : autoportrait de ©Thomas BRIE, 2009 DR.

Betty Edwards expose ce qui suit et quelques autres principes dans la première partie de son livre.

Des études scientifiques font ressortir qu’une partie de notre cerveau, le “cerveau gauche”, ou plutôt la partie gauche de notre cerveau, est dévolue à l’écriture, à la lecture, au langage, à l’analyse, etc.

Le “cerveau droit” est compétent pour le dessin, la relaxation, la synthèse, etc.

Aussi le principe est que, comme l’éducation scolaire privilégie surtout les fonctions dévolues au cerveau gauche (lecture, écriture, calcul, lire l’heure), le cerveau droit aurait tendance a être plus inactif.

Or notre culture occidentale, typique de l’image et de la photographie, développe aussi notre perception visuelle. Et notre esprit critique. Aussi la plupart des enfants, au début de leur scolarité observent que leurs dessins ne reflète pas ou peu la réalité. Aussi, abandonnent-ils le dessin réaliste…

 

Ma métaphore de l’orchestre

Pour illustrer ce qui précède, j’ai imaginé la métaphore suivante : le cerveau serait comme un grand orchestre constitué de deux groupes. L’un serait plutôt “Jazzy” & l’autre plutôt “Classique” :

  • Le “Classique” (cerveau gauche) lit les partitions, est rationnel & méthodique et analytique.
  • Le “Jazzy” (cerveau droit) est spontané, improvise, & est intuitif, synthétique & global.

Et chaque orchestre aurait son chef. Or, en occident, notre éducation (scolaire) privilégie le “cerveau gauche”. De ce fait, son chef d’orchestre a la fâcheuse manie de toujours diriger. Même quand il ne connaît pas la musique… Ou que la “partition”, le morceau n’est pas de son ressort… Dans le domaine du dessin, par exemple !

 

En quoi consiste cette formation, sous la forme d’un stage ou de cours ?

Dessin en cerveau droit : autoportrait ©d'Aurélien C., 2010. DR.
Dessin en cerveau droit : autoportrait ©d’Aurélien C., 2010. DR.

Pour atteindre l’objectif, dessiner de façon réaliste, la formation passe par un sous-objectif.

En quoi consiste ce sous-objectif  du stage, ou des cours ? ,Il consiste a faire en sorte que le “cerveau droit” prenne en charge l’apprentissage du dessin réaliste d’observation, son domaine de compétence.

Et que le cerveau gauche… se “repose”.

Donc divers exercices vont permettent d’atteindre cet objectif, en invitant le “cerveau gauche” à « lâcher prise ». Ceci, grâce notamment :

  • aux dessins “gestaltites” (dessins de vases) ;
  • au dessin à l’envers ;
  • à la lenteur ;
  • au dessin sans voir le papier ;
  • etc.

Tout ceci amène la partie gauche du cerveau (& surtout son chef d’orchestre) à lâcher prise… Ainsi détendu, le stagiaire apprend à voir de façon nouvelle, & à pouvoir enfin dessiner de manière réaliste.

 

Qui anime cette formation ?

Dessin en cerveau droit : autoportrait de ©Richard Martens.
Dessin en cerveau droit : autoportrait de ©Richard Martens.

Je suis l’animateur de cette formation. Mon nom est Richard Martens.

J’ai reçu des formations comme dessinateur, peintre, illustrateur & graphiste :

  • en peinture à l’huile, dès l’âge de 15 ans, par M. Emile Bideault ;
  • à l’École nationale supérieure des Arts-décoratifs de Paris (Ensad (de Paris), dite aussi “Les-Arts-déco”) ;
  • à l’École nationale supérieure des Beaux-arts de Paris (Ensba (de Paris), dite aussi “les-Beaux-arts”) ;
  • etc.

Et j’ai exercé comme peintre-illustrateur, graphiste & calligraphe pendant presque vingt ans… Voici, ci-dessous, un bref  curriculum vitae.

 

Mes formations

  • 1970-1975 : École nationale supérieure des Arts-décoratifs de Paris (Ensad). Diplôme en Communication visuelle en 1975
  • 1971-1978 : École nationale supérieure des Beaux-arts de Paris (Ensba).

Et aussi des cours du soir :

  • Arts-appliqués : dessin animé (3 ans) ; dessin de nu (2 ans) ;
  • Estienne : niveau BTS Expression visuelle (2 ans) ;
  • etc.

Et des cours du jour :

  • Jardin des plantes : Dessin animalier (2 ans) ;
  • Adac : calligraphie (1 an) ; gravure sur bois (1 an).
  • etc.

Expériences professionnelles comme ILLUSTRATEUR

J’ai exercé comme illustrateur dans :

  • Édition1, pour : Opta, Robert Laffont, Hachette, Le livre de Poche, Gallimard
  • Presse2, dessins intérieurs et/ou couvertures pour : Le Nouvel économiste, Le Nouvel observateur, Le Point, L’Expansion, Les nouvelles, Le Monde dimanche
  • Bande dessinée3 : Métal hurlant, Bagherra
  • Jeux vidéo4 pendant environ quinze mois chez Loriciel SA (West Phaser et Harricana).
  • Dessin animé (Babar) au Studio Ellipse (Canal +).

 

Expériences professionnelles comme ENSEIGNANT

  • Enseignement du dessin en cerveau droit depuis 1986 (soit environ trente ans).
  • Enseignement artistique classique depuis 1984 (soit plus de trente ans) à l’Atelier Albers, et aussi à l’Iscom création, à Prép’art, à l’Atelier du Passage

Matières enseignées, selon les années et les écoles

  • Plâtre.
  • Dessin de nu.
  • Étude documentaire.
  • Techniques graphiques (aquarelle, gouache, acrylique, encres de couleurs, etc.)
  • Créativité.
  • Communication graphique.
  • Typographie.
  • Calligraphie.
  • Illustration.
  • Rough (esquisses réalisées aux feutres).
  • Initiation à la bande dessinée.
  • Initiation au dessin animé.
  • Aérographe (sorte d’outil du style “peinture au pistolet” miniature).
  • Peinture à l’huile.
  • Etc.

 

Comment me joindre ?

Vous pouvez me joindre :

  • par téléphone portable : 06 41 81 00 75
  • par téléphone fixe : 01 43 66 24 14
  • par le biais des commentaires ci-dessous…

 

Où voir des résultats tangibles ?

Dessin en cerveau droit : autoportrait de ©Fayza M., 2010. DR.
Dessin en cerveau droit : autoportrait de ©Fayza M., 2010. DR.

Il y a déjà, bien sûr, ces autoportraits de stagiaires qui illustrent cet article. Ceux de Fayza (ci-contre), de Mony, d’Aurélien et de Thomas…

Vous pouvez aussi voir les exemples donnés par Betty EDWARDS, dans son excellent ouvrage “Dessiner grâce au cerveau droit1.

Vous pouvez également visiter, mon site, ou il y a beaucoup de dessins d’étudiants, réalisés lors de mes stages :

http://dessin-cerveau-droit.richard-martens.eu/a_listedessins.html

L’objectif premier de ce site est de montrer des réalisations d’élèves. D’où les nombreuses images, car comme l’a dit Napoléon : – “Un bon croquis vaut mieux qu’un long discours.”

Et vous pouvez enfin voir mon blogue Dessin cerveau droit5. Sur ce même blogue, il y a un bref article de Valérie Auriel, dans « Pratique des arts »6, qui a consacré quatre pages à l’un de mes stages…

Comme dans l’ouvrage de Betty Edwards, je montre très souvent des dessins “AVANT” et “APRÈS”, de décor, d’objets divers, de mains, d’autoportraits… Ce sont d’ailleurs des dessins “AVANT” et “PENDANT” !
La qualité des reproductions est parfois faible car il s’agit de photos ou de scans de photocopies ! En effet, les originaux restent la propriété des étudiants.

Autrefois je montrais simplement les photocopies, deux par deux, aux personnes intéressées… Grâce à internet, le visiteur peut voir ce qu’il veut à son rythme… Et c’est très bien.

 

Renseignements concernant les formations : dates, durée, horaires, lieu, tarifs…

La durée est toujours de 30 heures que ce soit pour un stage ou pour des cours.

Pour les stages :

  • soit cinq (5) jours, du lundi au vendredi inclus, donc 5 jours de 6 heures, soit 30 heures, (de 10 h 00 à 13 h 00 & de 14 h 00 à 17 h 00) ;
  • soit quatre (4) jours de 7 h 30, soit 30 heures (de 10 h 00 à 13 h 00 & de 14 h 00 à 18 h 30) ;
  • Soit deux « week-end » (deux samedis et dimanches), soit quatre (4) jours de 7 h 30 par jour, donc 30 heures (de 10 h 00 à 13 h 00 & de 14 h 00 à 18 h 30).

Pour les cours :

  • Dix (10) cours de 3 heures, soit 30 heures. Soit un ou deux cours par semaine (voire plus) selon les choix des étudiants…

Lieu des stages : Paris intra-muros.

Trois tarifs :

  • Étudiant, chômeur ;
  • Plein tarif ;
  • Entreprise.

Les jours et les tarifs sont précisés chaque année. Toutes ces informations sont visibles à cette adresse :

http://dessin-cerveau-droit.richard-martens.eu/stagedessincerve.html

Seul le lieu (dans Paris), décidé en fonction du nombre de personnes, est communiqué aux personnes inscrites.

Bonne visite. Et osez me contacter. Je suis aimable et je réponds (en principe) aux questions…

Avez-vous besoin d’autres informations ? Avez-vous des questions ? Souhaitez-vous me proposer d’autres dates ? Vous pouvez m’envoyer un message ou placer un commentaire ci-dessous. D’avance merci !

Richard Martens

Texte version 2.0, avec remise en liens des images (brisés pour cause de piratage). Texte fortement complété et remis à jour par la même occasion…


Notes

Voici les liens de l’article, au cas où ils seraient brisés dans l’article… Si c’est le cas, il vous suffit de faire un copier-coller du lien ci-dessous, et de le coller dans la barre de votre navigateur…

  1. Edition : http://richard-martens.eu/liste_pour_l’edi.html
  2. Presse : http://richard-martens.eu/liste_pour_la_pr.html
  3. Bande dessinée : http://richard-martens.eu/bd_metal_hurlant.html
  4. Jeux vidéo : http://richard-martens.eu/liste_pour_bd_je.html
  5. Dessin cerveau droit : http://dessin-cerveau-droit.fr/
  6. Article de Valérie Auriel, dans « Pratique des arts » : http://dessin-cerveau-droit.fr/reportage-stage-dessin-cerveau-droit/

Références bibliographiques des livres de Betty Edwards

Pictogramme "Information" par Richard Martens.Information : si vous le souhaitez, vous pouvez acheter ce livre — ce que je vous conseille vivement —, via Amazon.com, en cliquant sur l’une des images ci-dessous. Il va de soi, & c’est mieux en le disant, que si vous l’achetez en cliquant sur l’une ou l’autre de ces photos, cela ne vous coûtera pas plus. et je percevrai un petit pourcentage sur cet achat. Si vous le faite merci d’avance…

Le livre ci-dessous est en français :

Dessiner grâce au cerveau droit (4e édition)

 

Ci-après, il s’agit d’un livre avec des exercices proposés par Betty Edwards :

Dessiner grâce au cerveau droit. Livre d’exercices


Attention ! Le livre ci-dessous est en anglais :

Drawing on the Right Side of the Brain: The Definitive, 4th Edition


Ce livre-ci est dédié à la créativité :

Vision, dessin, créativité, 3e édition

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Livres epuises 1 – Bibliothèque Forney

Voici une première liste d’ouvrages. Ont-ils des points communs ? Oui ! Ils en ont !

Leurs points communs ?  Les voici :

  1. – bien évidemment ils concernent le dessin, voire le graphisme pour le premier (:-{D} ;
  2. – ils sont épuisés… à ma connaissance, sauf le premier ;
  3. – ils sont très riches, très intéressants. C’est évidemment mon point de vue !

 

Où les consulter ? A la Bibliothèque Forney !

Vue de l'entrée de la Bibliothèque Forney, au 1, rue du Figuier à Paris.
Vue de l’entrée de la Bibliothèque Forney, au 1, rue du Figuier à Paris.

Ils sont – presque tous – consultables à la :

Bibliothèque Forney – 1, rue du Figuier – 75004 PARIS – Tél. : 01 42 78 14 60

bibliotheque.forney@paris.fr

Il existe, bien sûr un site de la bibliothèque1.

Accès – Bus : 67 – Métro : Pont Marie, ligne 7 (ou un peu plus éloigné : métro : St-Paul).

C’est LA bibliothèque spécialisée dans les arts & les techniques graphiques & artistiques. Elle est située dans l’ancien Hôtel des Archevêques de Sens, classé “Monuments historiques” (architecture gothique). Elle est magnifique ! À tel point qu’un article sur Wikipédia lui est consacré2.

Commencez par aller voir son site (conditions d’accès, horaires, etc.) Cependant je vous invite vivement à la visiter… En vrai ! Elle est magnifique !

 

Un ouvrage toujours réédité, indispensable pour le graphisme, la direction artistique, la mise en page, etc.

Couverture du livre "Lexique des règles typographiques en usage à l'Imprimerie nationale".
Couverture du livre « Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale ».

Les livres de la bibliographie ci-après sont présentés par ordre alphabétique d’auteurs, & selon les principes énoncés dans le “Lexique des règles typographique en usage à l’Imprimerie nationale”.

Soit dans l’ordre : NOM (Prénom), Titre de l’ouvrage, nom de l’éditeur, lieu, date, format, nombre de pages…

Ceci devrait vous permettre de pouvoir faire des demandes pour les consulter. Que ce soit dans une bibliothèque, ou sur internet : recherche de livre(s) d’occasion, Google livres, Gallica, etc.

 


Pictogramme "Information" par Richard Martens.Information : si vous êtes intéressé par le graphisme, la typographie & la mise en page, je vous conseille fortement d’acquérir cet ouvrage —, via Amazon.com. Vous pouvez le faire en cliquant sur l’images ci-dessous. Il va de soi, & c’est mieux en le disant, que si vous l’achetez en cliquant sur cette image, cela ne vous coûtera pas plus cher. Et je percevrai un petit pourcentage sur cet achat. Si vous le faite merci d’avance…


 

Bibliographie d’ouvrages épuisés – 1

Couverture du livre de Gustave Fraipont "L’Art de prendre un croquis et de l’utiliser".
Couverture du livre de Gustave Fraipont « L’Art de prendre un croquis et de l’utiliser ».

FRAIPONT (Gustave), L’Art de prendre un croquis et de l’utiliser, H. Laurens éditeur, Paris, 1960, 13,5 x 22 cm, 68 p., cinquante dessins de l’auteur.

Petite plaquette (cf. 68 pages !) pratique !

L’auteur développe les principes concernant le croquis.

Sachant que le croquis est tout à la fois une manière de s’entraîner, une pratique pour effectuer des recherches et une façon pratique de préparer un dessin qui sera plus poussé, voire une peinture ou une séance de prises de vues photographiques.

A noter qu’il y a peu de plaquettes ou de livres consacrés au croquis…

 

Couverture du livre de Gustave Fraipont : "Le Crayon et ses fantaisies – Sanguine, crayon noir, crayon blanc, etc."
Couverture du livre de Gustave Fraipont : « Le Crayon et ses fantaisies – Sanguine, crayon noir, crayon blanc, etc. »

FRAIPONT (Gustave), Professeur à la Légion d’honneur, Le Crayon et ses fantaisies – Sanguine, crayon noir, crayon blanc, etc., H. Laurens éditeur, Paris, s.d., 13,5 x 22 cm, 68 p., trente-deux dessins et quatre fac-similés en deux couleurs.

Plaquette pleine de conseils pratiques…

L’auteur expose des principes rares…

Dont une utilisation du crayon avec de la gouache, technique qu’utilisait Gus Bofa au XIXe siècle.

Ainsi que l’usage de l’eau avec la sanguine…

 

Couverture du livre de Robert Girard : "Art et technique du dessin".
Couverture du livre de Robert Girard : « Art et technique du dessin ».

GIRARD (Robert), Art et technique du dessin, Fernand Nathan éditeur, Paris, 1965, 20,5 x 27 cm, 80 p., nombreux croquis explicatifs & reproductions d’œuvres d’art en noir & blanc.

Excellent ouvrage ! L’auteur a rédigé un second tome…

Dans ce premier livre, l’auteur procède de manière pragmatique et logique dans les conseils qu’il donne pour apprendre à dessiner…

Et offre une approche intéressante et très complète de la pratique du dessin.

 

Couverture de la plaquette de H. Grand'Aigle : "Nouvelle méthode de décoration".
Couverture de la plaquette de H. Grand’Aigle : « Nouvelle méthode de décoration ».

GRAND’AIGLE (H.), Nouvelle méthode de décoration, Henri Laurens éditeur, Paris,1948, 13,3 x 21 cm, 60 p., deux cents dessins.

Grand’aigle aborde la décoration de manière utile et efficace…

Il est aussi l’auteur de plusieurs autres plaquettes très explicites sur le dessin du personnage, ainsi que sur le dessin de paysage…

Il synthétise les principes de façon simple et claire.

Il va à l’essentiel, et ses dessins sont très épurés, et montrent bien sa vision globale des principes qu’il expose.

 

Couverture du livre Anglais de Cyril PearceEARCE : "Composition – An analysis of the principles of pictorial design"
Couverture du livre Anglais de Cyril PearceEARCE : « Composition – An analysis of the principles of pictorial design »

PEARCE (Cyril), Composition – An analysis of the principles of pictorial design (for the use of students, art schools,etc.) (ouvrage en Anglais), B. T. Batsford LTD. éditeur, Londres, 1947, (1927, 1re édition), 14 x 22 cm, 120 pages, « more than 100 drawings and diagrams by the author & 35 plates of reproductions ».

Attention ! Ce livre est en anglais. Et n’aurait peut-être pas été traduit en français ?

Il est possible qu’il ne soit pas disponible à Forney ? Peut-être est-il disponible via les « livres Google » ?

L’auteur expose les principes de composition concernant la composition tonale (les valeurs), les lignes, les rythmes, etc. Sous la forme de dessins et de très nombreux schémas !

 

Couverture du livre de Joel Thezard : "Le Dessin sans Maitre.
Couverture du livre de Joel Thezard : « Le Dessin sans Maitre.

THÉZARD (Joël), Le dessin sans maître – En douze leçons, éditions Albin Michel, Paris, 1963, 11,8 x 18,5 cm, , 276 p., 252 figures réalisées par l’auteur, 175 exercices gradués.

Ce livre comporte, en effet, des exercices gradués très intéressants.

Et l’auteur explique aussi, à partir d’un phénomène optique de physique amusante, une façon de dessiner de façon réaliste en « décalquant » la réalité. Ce procédé me fait d’ailleurs penser à une « chambre claire », qui est un pendant de la « chambre noire ». Ces deux procédés, « ancêtres » de la photographie sans la pellicule, sont connus dans l’histoire de l’art, comme une façon de dessiner la réalité, grâce à un système optique…

Si vous en avez trouvé, qu’en pensez-vous ? Merci de me le faire savoir.

Richard Martens (:-{D}

Texte version 2.0. Restauré (cf. un piratage relativement « destructeur »), et largement illustré et complété…


Pictogramme "Information" par Richard Martens.Rappel d’information : si vous êtes intéressé par le graphisme, la typographie & la mise en page, je vous conseille fortement d’acquérir cet ouvrage —, via Amazon.com. Vous pouvez le faire en cliquant sur l’images ci-dessous. Il va de soi, & c’est mieux en le disant, que si vous l’achetez en cliquant sur cette image, cela ne vous coûtera pas plus cher. Et je percevrai un petit pourcentage sur cet achat. Si vous le faite merci d’avance…


Notes

Voici les liens de l’article, au cas où ils seraient brisé dans l’article… Si c’est le cas, il vous suffit de faire un copier-coller du lien ci-dessous, et de le coller dans la barre de votre navigateur…

  1. Un site de la bibliothèque : http://equipement.paris.fr/bibliotheque-forney-18
  2. Un article sur Wikipédia lui est consacré : http://fr.wikipedia.org/wiki/Biblioth%C3%A8que_Forney

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer